TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Agenda

RTR Orléans - le 25 janvier 2018

25 janvier 2018

RTR Orléans - le 25 janvier 2018

Orléans - RTR Ouest Le 25 janvier 2018

Tous les événements

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Nouvelle étape dans le partenariat entre les réseaux des Chambres d’agriculture et des instituts techniques agricoles"

29 novembre 2017

Le 29 novembre 2017 - Dans un contexte agricole et territorial en pleine mutation, l’APCA et l’Acta-(...)


Communiqué de presse : "Le semis de colza associé à des légumineuses : une des clefs pour l'essor de cette filière bio dans le Sud-Ouest"

17 novembre 2017

Paris, le 16 novembre 2017 – Cultiver du colza en agriculture biologique c’est possible ! En plaçant(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Féverole / Cultiver de la féverole / Ravageurs

Pucerons noirs, la bête noire de la féverole

À l’âge adulte, les pucerons noirs (Aphis fabae) mesurent environ 2 mm. Ils s’accrochent aux plantes colonisées (rarement la parcelle entière) et forment des manchons (taches noires sur la tige sur au moins 1 cm de long). Plus d’un millier d’individus peuvent être dénombrés par pied de féverole en cas de pullulation. Ils sont favorisés par un temps chaud et ensoleillé.
  

Dégâts

Sur féverole, les pucerons noirs peuvent entraîner jusqu’à 12 q/ha de pertes de rendement. Il ne faut pas traiter trop tôt en présence de larves de coccinelles, car elles sont en mesure de faire retomber la pression des pucerons avant le seuil d’intervention.
Les pucerons noirs occasionnent des dégâts directs et indirects. D’une part, ils ponctionnent la sève de la féverole pour se nourrir. Leur présence massive provoque un flétrissement et une décoloration des plantes, une moindre croissance et un avortement des fleurs. D’autre part, ils transmettent des virus lorsqu’ils piquent la plante. La production de miellat est à l’origine de brûlures sur le feuillage et du développement de fumagine (maladie due à un champignon).

  

Observer dès la mi-mai

Les pucerons noirs attaquent la féverole dès la mi-mai, mais le plus souvent début juin. Observer avant la floraison et jusqu’à floraison + 15 jours.

  

Ne pas attendre que les pucerons soient trop nombreux pour intervenir, commencer la surveillance avant la floraison

Les pucerons noirs attaquent la féverole dès la mi-mai, mais le plus souvent début juin. Observer avant la floraison et jusqu’à fin floraison + 15 jours.

Avec le retrait du PIRIMOR G et l’absence de mention abeilles du KARATE K, il ne faut pas attendre que les pucerons soient trop nombreux pour intervenir. En effet, l’efficacité des pyréthrinoides utilisables en floraison n’ont pas l’effet choc de solutions à base de pyrimicarbe. Terres Inovia met en œuvre les actions nécessaires pour que cette situation reste transitoire.

Faire un point avant floraison

Il est nécessaire de faire un état des lieux avant floraison.  Les pucerons sont en général rares  avant floraison. Néanmoins si  les premières colonies de pucerons noirs étaient  observées sur plus de 20% de plantes et si les conditions sont favorables à leur développement (temps chaud, auxiliaires peu actifs) intervenir avec KARATE K 1.25 l/ha. KARATE K 1,25 l/ha qui n'a pas de mention abeilles doit être utilisé impérativement avant floraison. En l’absence de KARATE K, utiliser un pyréthrinoïde autorisé et abaisser le seuil à 10%. Une colonie est composée d’une à plusieurs dizaines de pucerons accolés sur les tiges, feuilles ou boutons floraux.

En l’absence de pucerons avant floraison, poursuivre l’observation et intervenir en floraison avec un pyréthrinoïde autorisé bénéficiant de la mention abeilles, dès que 10% des plantes portent quelques dizaines de pucerons mais avant la formation de manchons importants que les pyrétrhrinoïdes auront du mal à contrôler. Renouveler l’observation au bout de plusieurs jours : si la pression de pucerons a augmenté significativement, ré-intervenir sans tarder avec un pyréthrinoïde autorisé bénéficiant d’une mention abeilles.

Lutte biologique

Le premier moyen de lutte biologique contre les pucerons noirs sont les prédateurs, comme les coccinelles ou les syrphes, naturellement présents dans les bordures de champs.

Tableaux des produits insecticides homologués (PDF 95 Ko)

Mise à jour : mars 2017
Spécialités commerciales, doses homologuées, mentions abeille, DAR, ZNT...

Page rédigée par Terres Inovia à partir de son expertise et des publications d’ARVALIS ‐ Institut du végétal et de l’UNIP.

Publications

Qualité des graines de féverole 2016

Qualité des graines de féverole 2016

Teneur en protéines : niveau très satisfaisant à 29,1%

Toutes les publications

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Méthodes de désherbage (Nouveauté)

Méthodes de désherbage durable des oléoprotéagineux


Culture de la féverole

Maîtriser la culture de la féverole (hiver & printemps)


Toutes les formations