TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Agenda

Poiseul la Ville (21) - Visite plate forme désherbage colza

28 février 2018

Visite plateforme d’essais désherbage colza La maîtrise des géranium, du gaillet, des ombellifères et des graminées est une problématique importante dans la conduite du colza. En complément des leviers agronomiques, de nouveaux herbicides font leur apparition Le mercredi 28 février 2018 à Poiseul la Ville (21)

Tous les événements

Enquête tournesol 2018

Conseil variétal Tournesol 2018 :

votre avis nous intéresse !

Participer

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Les huiles et protéines végétales : des piliers pour bâtir un nouveau modèle alimentaire"

12 février 2018

Paris, le 9 février 2018 – Après une fin d’année 2017 caractérisée par l’enjeu de l’efficacité et de(...)


PROMOSOL : appel à projets 2018

26 janvier 2018

Le dispositif se traduit par l’identification de priorités de recherche, le financement de programme(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Féverole / Cultiver de la féverole / Ravageurs

Nématodes des tiges : des symptômes visibles en été

Les nématodes des tiges de la féverole se présentent sous la forme de vers minces et transparents à tous les stades. Ils se déplacent dans un film d’eau avant de pénétrer dans les jeunes végétaux. Les adultes mesurent de 0,9 à 2 mm de long.

Les deux principaux nématodes sont : Ditylenchus dipsaci, qui s’attaque à la féverole, mais aussi à la pomme de terre, la betterave ou la luzerne, et Ditylenchus gigas, spécifique de la féverole.

    

Facteurs de risque dans l’ordre d’importance décroissante

• Rotation culturale et charge en féverole (délai de retour inférieur à 4 ans entre deux féveroles) ;
• Présence de nématodes dans la graine ;
• Sols lourds (argileux) et mal ressuyés ;
• Climat doux (15 à 20°C) et humide (pluie, brouillard, rosée et irrigation).

(source : FNAMS)

    

Attaques généralisées à l’ensemble des parties aériennes de la féverole

Lors de la floraison, des gonflements et des lésions marron-rougeâtres des tissus marquent la tige. Les pieds de féverole voient leur croissance perturbée et deviennent plus chétives. Les gousses peuvent éclater, les pétioles et les feuilles se nécroser.
L’intensité des symptômes est variable en fonction de l’origine de l’infestation et du climat. Les pertes peuvent s’élever à 70 % du rendement.

Symptômes de nématodes sur tige et pétioles de féverole

  

Détection et période d’observation

Détecter la présence de nématodes des tiges dans les semences de féverole infestées n’est pas systématiquement possible. Deux types de situations se présentent : soit les graines sont plus sombres, plus petites et tachées, soit elles ne présentent aucun symptôme. De mêmes certaines plantes de féverole, bien qu’étant malades, ont néanmoins un aspect visuel sain. L’analyse au laboratoire est incontournable.
Observer les parcelles de féverole aux mois de juin et juillet, période à laquelle les symptômes liés aux attaques de nématodes des tiges s’expriment.

  

S’assurer de l’innocuité des graines

Plus aucune matière active n’est homologuée contre les nématodes des tiges de la féverole. La lutte chimique est donc impossible en France. L’Angleterre a axé ses recherches sur la génétique, pour mettre au point des variétés résistantes.

Limiter la dispersion de ces nématodes en semant des graines saines. Les plantes issues de graines infestées meurent prématurément et répandent l’infection aux plantes voisines. Or ces parasites peuvent persister jusqu’à 10 ans dans le sol. Ditylenchus gigas peut trouver refuge dans certaines adventices comme le lamier pourpre et blanc, la renoncule des champs, le liseron des champs et la folle avoine.

Les graines infestées ne doivent pas être utilisées en semences. Utiliser des semences dont la qualité sanitaire est vérifiée.

 
Récolter la féverole


Page rédigée par Terres Inovia à partir de son expertise et des publications d’ARVALIS ‐ Institut du végétal et de l’UNIP.

Publications

Qualité des graines de féverole 2016

Qualité des graines de féverole 2016

Teneur en protéines : niveau très satisfaisant à 29,1%

Toutes les publications

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Maladies pois et féverole

Diagnostiquer et gérer les maladies du pois et de la féverole


Méthodes de désherbage (Nouveauté)

Méthodes de désherbage durable des oléoprotéagineux


Toutes les formations