TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Actualités / Presse

Cultures oléo-protéagineuses : le gel aura un impact limité si la pluie revient

25 avril 2017

Communiqué de presse concernant l'impact du gel sur les cultures oléo-protéagineuses

 

CP - "Cultu(...)


Dossier de presse présentation des Culturales 2017

20 avril 2017

Dossier de presse proposé lors de la conférence de presse du 12 avril concernant le lancement des Cu(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Féverole / Cultiver de la féverole / Maladies

Rouille de la féverole : plantes desséchées

Actu réglementaire : chlorothalonil

Mars 2016

Les récentes ré‐homologations de produits à base de chlorothalonil prennent en compte de façon plus restrictive la problématique de qualité des eaux souterraines.

Produits à base de chlorothalonil : conditions d'emploi et restrictions (PDF 50 Ko)

Exemples de stratégies fongicides selon la réglementation au 07 mars 2016 (PDF 90 Ko)

La rouille (Uromyces fabae) est une maladie fréquente et préjudiciable sur féverole. Le risque est accru en présence de plantes hôtes dans la rotation (vesce, gesse, lentille, pois). De même, l’irrigation en fin de cycle et les semences infectées sont des facteurs aggravants.

    

La rouille provoque le dessèchement de la féverole

Symptômes

La rouille se développe sur le feuillage de la féverole sous la forme de pustules brun-rouge auréolées d’un anneau plus clair. En évoluant, la maladie finit par recouvrir - parfois très rapidement - la totalité des feuilles et parfois des tiges, provoquant un dessèchement accéléré des plantes.

face inférieure

de la feuille

face supérieure

de la feuille

pustules (gros plan)

Nuisibilité

La rouille peut entraîner jusqu’à 50 % de perte (25 à 40 q/ha) lorsque l’attaque est précoce et importante, et qu’aucun traitement n’est réalisé.

Période d’observation

Nord de la France : la rouille peut se développer dès fin mai en féverole d’hiver puis à partir du 10-15 juin en féverole de printemps. Intervenir si nécessaire fin juin-début juillet.

Sud de la France : la rouille peut démarrer en mai. Protéger les parcelles jusqu’à la mi-juillet afin d’être sûr de bien maîtriser la maladie.

   

Méthodes de lutte contre la rouille de la féverole

Lutte agronomique

L’enfouissement des déchets de récolte permet de limiter les nouvelles contaminations de la féverole par la rouille.

Lutte phytosanitaire

En féverole d’hiver, traiter dès l’apparition des premières pustules, par exemple avec HORIZON EW (0,8 l/ha).

En féverole de printemps, intervenir dès l’apparition des premières pustules de rouille avec HORIZON EW (ou un autre produit contenant des triazoles). L’arrivée des symptômes peut être tardive et fulgurante. Intégrer à la prise de décision les délais avant récolte (DAR) des produits avant de déclencher un traitement.

Produits fongicides autorisés sur féverole

Page rédigée par Terres Inovia à partir de son expertise et des publications d’ARVALIS ‐ Institut du végétal et de l’UNIP.

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Cultures de protéagineux (Nouveauté)

Maîtriser les cultures de protéagineux (pois, féverole et lupin) pour des rotations performantes et durables


Culture de la féverole

Maîtriser la culture de la féverole (hiver & printemps)


Toutes les formations