TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Actualités / Presse

Cultures oléo-protéagineuses : le gel aura un impact limité si la pluie revient

25 avril 2017

Communiqué de presse concernant l'impact du gel sur les cultures oléo-protéagineuses

 

CP - "Cultu(...)


Dossier de presse présentation des Culturales 2017

20 avril 2017

Dossier de presse proposé lors de la conférence de presse du 12 avril concernant le lancement des Cu(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Féverole / Cultiver de la féverole / Maladies

Mildiou, lutter par le traitement de semences

Lorsque la féverole est très présente dans une région, le risque mildiou devient élevé. Le champignon se conserve sous forme d’oospores qui transmettent la maladie : soit dans le sol pendant 10 à 15 ans, soit dans les semences contaminées, soit dans les résidus de récolte. Le mildiou se déclare essentiellement lorsque les températures sont douces (5-18°C) et le temps humide.

  

Symptômes multiples

Attaques précoces

Lorsque les attaques sur féverole sont précoces (contamination primaire), le mildiou entraîne :
- le nanisme des plantes,
- la déformation et la décoloration des tiges et des pétioles,
- un dessèchement de la partie terminale des plantes.

Attaques tardives

Dans le cas d’attaques plus tardives sur féverole, souvent de mi-juin à juillet (contamination secondaire), le mildiou entraîne :
- des zones décolorées sur la face supérieure des feuilles,
- un feutrage mycélien gris-blanc sur la face inférieure des feuilles.
Les zones touchées finissent par se dessécher.

Attaques lors de floraison

Si le mildiou attaque la féverole pendant la floraison, le dessèchement peut atteindre l’ensemble des étages florifères, entraînant l’avortement des fleurs.
Quand les gousses et graines en formation sont contaminées par le parasite, elles se nécrosent et virent au brun.

  

Nuisibilité et persistance du traitement

Attaques précoces

En l’absence de traitement des semences de féverole, le mildiou peut s’attaquer à de nombreux pieds et provoquer des pertes de rendement importantes. On observe cela en bio, particulièrement dans le nord de la France.

Attaques tardives

En fin de persistance du traitement des semences de féverole, des contaminations secondaires peuvent apparaître. Bien que les symptômes soient spectaculaires, ces attaques ont rarement d'incidence sur le rendement (sauf si une grande surface est atteinte).

  

Période d’observation

Observer la culture de la féverole à partir de début floraison jusqu’à la fin du développement des gousses. Les feuilles sont les principales concernées, mais tous les organes peuvent être touchés.

  

Méthodes de lutte contre le mildiou de la féverole

Lutte agronomique

Préférer les semis précoces. Semées trop tardivement, les plantes insuffisamment développées sont plus sensibles au mildiou.

Lutte phytosanitaire

Traitement des semences : la protection de base contre le mildiou de la féverole est le traitement de semences WAKIL XL à 0,1 kg/q.

Traitement en végétation : aucune solution n’est homologuée. Toutefois, l’application d’AMISTAR à 0,6-0,8 l/ha contre le botrytis ou l’ascochytose semble avoir une action secondaire contre le mildiou.

Page rédigée par Terres Inovia à partir de son expertise et des publications d’ARVALIS ‐ Institut du végétal et de l’UNIP.

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Maladies pois et féverole (Nouveauté)

Diagnostiquer et gérer les maladies du pois et de la féverole


Cultures de protéagineux (Nouveauté)

Maîtriser les cultures de protéagineux (pois, féverole et lupin) pour des rotations performantes et durables


Toutes les formations