TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Actualités / Presse

Cultures oléo-protéagineuses : le gel aura un impact limité si la pluie revient

25 avril 2017

Communiqué de presse concernant l'impact du gel sur les cultures oléo-protéagineuses

 

CP - "Cultu(...)


Dossier de presse présentation des Culturales 2017

20 avril 2017

Dossier de presse proposé lors de la conférence de presse du 12 avril concernant le lancement des Cu(...)


Toutes les actualités

Fertilisation

La féverole n’a pas besoin d’engrais azoté

Sur féverole, aucun apport d’azote n’est nécessaire. La nutrition azotée repose sur deux voies d’acquisition complémentaires, comme pour le pois : la fixation symbiotique de l'azote de l'air grâce aux nodosités et l’assimilation de l'azote minéral du sol par les racines.

La fixation symbiotique

Comme toutes les légumineuses, la féverole peut fixer l’azote de l’air grâce à une symbiose avec des bactéries du genre Rhizobium. Celles-ci se trouvent naturellement dans le sol. Il n’est donc pas nécessaire d’inoculer, contrairement au soja.

Soja : inoculation

La féverole n’a pas besoin d’apport de fertilisant azoté.

        

Des exigences modérées en phosphore et potasse

Comme le pois, la féverole est moyennement exigeante en phosphore et en potasse. La dose d’engrais à apporter se raisonne en fonction des exportations, de la teneur du sol en phosphore et en potasse et du nombre d’années sans apport.

Pour un rendement en féverole de 50 q/ha, compenser les exportations. Apporter 60 kg/ha de P2O5 et 65 kg/ha de K2O.

  

Viser un pH neutre et surveiller la teneur en bore

Pour que la féverole se développe convenablement, elle a besoin d’un sol dont le pH est compris entre 6 et 7.

pH acide : la féverole supporte mal les sols acides au pH < 5,5, qui entravent le fonctionnement de l’activité symbiotique.

pH élevé : si le pH > 7,5, particulièrement dans les sols de limons battants à tendance hydromorphe, certains éléments minéraux comme le bore sont bloqués. Ce problème pourrait être à l’origine des féveroles sans gousses résultant d’un problème de fécondation des fleurs (Aisne, Ardennes, Marne et Seine-et-Marne). Dans ces parcelles à risque, en cas de printemps froid et humide, apporter 300 g/ha d’éléments bore au stade boutons floraux de la féverole pour assurer une bonne fécondation.

Page rédigée par Terres Inovia à partir de son expertise et des publications d’ARVALIS ‐ Institut du végétal et de l’UNIP.

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Réussir sa conversion en bio (Nouveauté)

Réussir sa conversion en agriculture biologique en grandes cultures


Maladies pois et féverole (Nouveauté)

Diagnostiquer et gérer les maladies du pois et de la féverole


Toutes les formations