TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Hommage

Hommage à l'engagement pour la recherche et l'innovation de Xavier Beulin, président du Cetiom de juillet 2000 à décembre 2009. Nos condoléances à ses proches.

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Le guide de culture tournesol 2017 est arrivé !"

13 février 2017

Communiqué de presse diffusé par Terres Inovia à l'occasion de la publication du nouveau guide de cu(...)


Communiqué de presse : "Le guide de culture lin oléagineux 2017 est disponible !"

07 février 2017

Communiqué diffusé par Terres Inovia à l'occasion de la publication du Guide de culture lin oléagine(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Féverole / Cultiver de la féverole / La féverole : atouts, points-clés

La féverole : atouts agronomiques

Une culture qui s’intègre dans les rotations céréalières

L’itinéraire technique de la féverole est simple. Cependant, les normes de qualité pour le débouché en alimentation humaine exigent une bonne maîtrise des ravageurs (bruches essentiellement) et des maladies.

Les féveroles d’hiver et de printemps permettent un étalement du temps de travail, puisque les dates de semis et de récole sont différentes de celles des céréales à paille et du colza.

Dates de semis et de récolte des féveroles d'hiver et de printemps

Date de semis

Date de récolte

Féverole d'hiver

fin octobre à mi-novembre
pour le Nord et l’Ouest

mi-novembre à fin janvier
pour le Sud-Ouest

fin juin à début juillet

Féverole de printemps

février - mars

août - septembre

          
Le labour n’est pas indispensable avant la culture suivante.

     

Une culture pratique

Il est possible de cultiver la féverole en terrain argileux ou caillouteux. Elle s’accommode d’un lit de semences grossier.

La récolte de la féverole est facilitée grâce à sa tige rigide.

La féverole supporte les grands écartements. Dans les régions de production de légumes, l’introduction d’une féverole est intéressante car le matériel utilisé sur légumes peut l’être aussi sur la légumineuse.

       

Une culture économe en eau et en intrants

La féverole a les mêmes besoins en eau que le pois : 300 mm sur l’ensemble du cycle, même si ses besoins sont importants à des stades clés. Ceci est peu en comparaison des autres grandes cultures.

Grâce à ses nodosités, la féverole n’a pas besoin d’apport d’engrais azoté.

La féverole n’est pas attaquée par Aphanomyces euteiches du pois et ne multiplie pas le champignon. La féverole permet donc de garder un protéagineux sans augmenter le niveau d’infestation des sols et d’alterner avec un pois dans les rotations.

 

Irrigation de la féverole

Page rédigée par Terres Inovia à partir de son expertise et des publications d’ARVALIS ‐ Institut du végétal et de l’UNIP.

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Maladies pois et féverole (Nouveauté)

Diagnostiquer et gérer les maladies du pois et de la féverole


Cultures de protéagineux (Nouveauté)

Maîtriser les cultures de protéagineux (pois, féverole et lupin) pour des rotations performantes et durables


Toutes les formations