TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Enquête colza:

Renseignez votre biomasse sortie hiver !

Participer à l'enquête

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Développer les légumineuses en Occitanie : Co-construction d'une filière régionale pour un modèle agricole rentable, durable et responsable"

07 février 2019

Toulouse, le 7 février 2019 - Azuki, kabuli, fèves, pois, lentilles, etc., elles sont vertes, rouges(...)


Communiqué de presse : "Le guide de culture tournesol 2019 est disponible !"

29 janvier 2019

Paris, le 29 janvier 2019 - Terres Inovia publie son nouveau guide du culture tournesol. Outil préci(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Sud

Conseil pois chiche - Tout savoir sur l'implantation

Vos contacts en Régions Sud


A.Micheneau - Sud Nouvelle Aquitaine, Gers, Hautes-Pyrénées : Oléo-protéagineux 

C.Martin-Monjaret - Ouest Occitanie : Oléo-protéagineux 

Q.Lambert - Est Occitanie, PACA : Protéagineux 

Ingénieur en cours de recrutement - Auvergne, Rhône-Alpes : Oléo-protéagineux et Est Occitanie, PACA : oléagineux

8/02/2019

Soigner cette première étape de l’itinéraire technique est essentiel afin de donner toutes ses chances à la culture.

Etape 1 : bien choisir sa parcelle

Sols filtrants et PH alcalin : deux éléments à privilégier

Le pois chiche est une culture méditerranéenne qui appréciera les sols filtrants avec un bon pouvoir de réchauffement au printemps. Il est recommandé d’éviter les parcelles hydromorphes car la culture est très sensible aux excès d’eau.
En 2018, dans le Sud-Ouest, de nombreuses parcelles hydromorphes (ou de ce type) ont été ainsi pénalisées par une pluviométrie très abondante :  levée difficile et pertes de pieds accentuées

Le pH de la parcelle agit directement sur la mise en place de la symbiose et des nodosités.
Les bactéries (Mesorhizobium ciceri et Mesorhizobium mediterraneum) nécessaires à cette symbiose et donc à la mise en place des nodosités fixatrices de l’azote atmosphérique sont a priori présentes dans les sols à pH alcalin (>7) du Sud de la France.
A noter qu’à ce jour, il n’existe pas en France d’inoculant spécifique à la culture disposant d’une autorisation de mise sur le marché (AMM).
>>> Les limons froids, battant et/ou acide sont donc à éviter.

Prudence dans les sols profonds et riches qui auront tendances à favoriser un développement végétatif exubérant. Cela accentuera le risque de verse, même si la culture y est généralement peu sensible.

Connaître la flore adventice

Destinée à l'alimentation humaine les graines produites doivent répondre à une exigence de qualité (propreté, pureté ...).  On évitera donc les parcelles où la présence de morelle, xanthium ou datura est avérée, au risque de voir sa culture déclassée.   Voir conseil désherbage 8/02.

A retenir : Privilégier les parcelles sans flore difficile, à réserve utile moyenne à faible, non hydromorphes, bien exposées et avec un pH compris entre 7 et 9.

Les argilo-calcaires sont par exemple des sols propices à la culture.

Etape 2 : choix variétal

Terres Inovia et ses partenaires en région ont démarré en 2018 un programme d'évaluation des variétés commercialisées. L’objectif à court terme est de publier une grille d’aide au choix des variétés pour les producteurs.

La valorisation de cette espèce est fortement liée à son mode de mise en marché. Pour assurer un équilibre entre la production et la demande à long terme, Terres Inovia vous engage vivement à vous rapprocher de votre organisme stockeur pour échanger sur les volumes possibles, le prix de vente et la possibilité d’établir un contrat de production. En ce sens, la variété peut être un point inscrit sur le contrat.

Attention à la provenance des graines semées !
Le principal mode de conservation de l’ascochytose (anciennement anthracnose), maladie la plus fréquente sur pois chiche, s’effectue sur graine. La prise de risque est forte lorsqu’on réutilise ces graines contaminées. En effet, on s’expose à une contamination primaire des plantes, dès la levée, avec des pertes associées estimées entre 25 et 75% du rendement..

Etape 3 : préparation du sol

Comme de nombreuses légumineuses, le pois chiche apprécie un travail assez profond et un lit de semence fin, qui facilitent la mise en place des racines et des nodosités.

Le roulage n’est pas nécessaire, le port érigé du pois chiche facilitant sa récolte.

>> Chercher à obtenir une structure aérée sur les quinze premiers centimètres.

Etape 4 :  semis

Ecartement, semoir : des réglages à adapter au mode d'implantation

- Petit écartement (12-17 cm) avec un semoir à céréales : offre l’avantage d’une fermeture de rang rapide mais un positionnement de la graine parfois non satisfaisant (perte de pieds, casse des grains au semis).

- Large écartement (30-60 cm) avec un semoir de précision (disque à soja) : offre l’avantage de favoriser une levée plus rapide si le semis est réalisé dans de bonnes conditions mais la fermeture du rang sera plus longue. Ce type de semis laisse la possibilité d’utiliser une bineuse.

Date de semis : la plage de semis possible dans le Sud-Ouest s’étend du 15 février au 15 mars.

Cette plage indicative, est bien sûr conditionnée par la pluviométrie souvent élevée sur cette période. Si les conditions climatiques ne sont pas réunies, il est fortement conseillé de reporter le semis, afin d’implanter la culture lorsque la parcelle est ressuyée et suffisamment réchauffée.

A retenir : Semer entre 4 et 5 cm de profondeur, dans une parcelle ressuyée, suffisamment réchauffée et viser 50 plantes/m² levées.
Densité  : il est conseillé de semer 65-70 graines/m² avec un semoir à céréales et 55 graines/m² avec un semoir monograine.

Fertilisation au semis  P et K : à raisonner à l’échelle de la rotation

Phosphore (P) et potassium (K) : Le pois chiche est une espèce considérée comme moyennement exigeante en P et K. Les apports sont à raisonner à l’échelle de la rotation, en fonction des analyses de sols.
Noter que pour un rendement de 20-30 q/ha, le pois chiche exporte 15 à 20 unités de P2O5 et 15 à 20 unités de K2O.
Azote (N) : suivre la formation des nodosités
- Si l’on observe des nodosités huit semaines après la levée c’est que la symbiose s’est mise en place. Aucun apport d’azote n’est alors nécessaire.
- En l’absence constatée de nodosités, un apport d’azote est envisageable.
Avant toute intervention, il est indispensable de vérifier si la règlementation régionale encadre et permet cette pratique (date, dose, fractionnement, etc.). L’objectif de rendement initial devra être revu à la baisse. 

Pour en savoir plus

 Téléchargez le guide pois chiche 2018

Publications

Qualité des graines tournesol - récolte 2018

Qualité des graines tournesol - récolte 2018

La teneur en huile est de 43,9 %

Qualité des graines pois 2018

Qualité des graines pois 2018

La teneur en protéines moyenne des graines s’élève à 21,7 %

Toutes les publications

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Tous les outils

Formations

Inoculation légumineuses

Inoculation des légumineuses : des connaissances acquises à la pratique


Cultures de protéagineux

Maîtriser les cultures de protéagineux (pois, féverole et lupin) pour des rotations performantes et durables


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut