TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Enquête colza:

Renseignez votre biomasse sortie hiver !

Participer à l'enquête

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Développer les légumineuses en Occitanie : Co-construction d'une filière régionale pour un modèle agricole rentable, durable et responsable"

07 février 2019

Toulouse, le 7 février 2019 - Azuki, kabuli, fèves, pois, lentilles, etc., elles sont vertes, rouges(...)


Communiqué de presse : "Le guide de culture tournesol 2019 est disponible !"

29 janvier 2019

Paris, le 29 janvier 2019 - Terres Inovia publie son nouveau guide du culture tournesol. Outil préci(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Sud

Conseil colza - larves de grosse altise

Vos contacts en Régions Sud


A.Micheneau - Sud Nouvelle Aquitaine, Gers, Hautes-Pyrénées : Oléo-protéagineux 

C.Martin-Monjaret - Ouest Occitanie : Oléo-protéagineux 

Ingénieur en cours de recrutement - Auvergne, Rhône-Alpes : Oléo-protéagineux et Est Occitanie, PACA : oléagineux

31-1-2019

Malgré des levées très tardives et bien souvent irrégulières, liées à une sécheresse marquée, les colzas ont pu bénéficier d’un automne très favorable au développement végétatif et par conséquent à la production de biomasse. Les premières arrivées de grosses altises ont été plus tardives qu’à l’accoutumée, autour du 5 octobre en restant à un niveau de pression faible avant de s’intensifier autour du 25/10 dans le Sud-Ouest. Les arrivées tardives de l’insecte couplées à des conditions chaudes lors des premiers vols ont donc entrainé un retard dans les pontes : on estime que les premières pontes datent de la mi-octobre.
Les observations réalisées en entrée hiver indiquaient de faibles niveaux de risque. Attention toutefois car ces observations ont majoritairement été réalisées en novembre.  

La nuisibilité potentiellement importante, est liée au niveau d'infestation, à la précocité des attaques larvaires et à l'état de développement des plantes (réduite sur colza vigoureux).(voir encadré)

Les larves atteindront-elles le stade L3 avant la montaison ?

A partir d’un modèle développé par Terres Inovia et en s’appuyant sur des conditions météo moyennes, on peut simuler l’évolution de ces stades au cours des prochaines semaines.(cliquer sur les graphiques pour agrandir)

 - Sur le secteur d’Auch (32), le stade larvaire L3 est atteint pour les pontes les plus précoces.
Les pontes plus tardives autour du 20/10 sont actuellement au stade L2 et pourraient atteindre le stade L3 peu après que le colza ait démarré la montaison, autour du 20/02.
Pour les pontes survenues plus tard, les larves sont au stade L1 et ne devraient pas atteindre le stade L3 avant la montaison.

- Sur le secteur de Lyon (69), il apparait que les premières pontes simulées au 13/10 sont toujours au stade L2, et devraient atteindre le stade L3 peu avant la montaison, début février. Néanmoins, il est possible que des pontes aient eu lieu quelques jours plus tôt

avec déjà quelques larves au stade L3.

 

>> Aujourd’hui on retrouve essentiellement des larves de 1er et 2ème stade dans les colzas et quelques larves de stade 3 (L3).

Il est fort probable que les larves au stade L1 n’auront pas le temps d’évoluer en L3 avant la montaison, quant aux larves aujourd’hui au stade L2 il est probable de les voir évoluer vers L3 avant la montaison. 

Quelle attitude adopter ?

Pour l’heure l’état sanitaire des colzas est bon à très bon pour l’ensemble des parcelles de colza, et aucune intervention n’est à envisager, sauf pour quelques situations très marginales.
En effet, les dernières observations réalisées font état de plantes globalement bien développées, avec des pressions de larves de grosses altises toujours faibles.
Le climat d’aujourd’hui à la reprise, conditionnera en grande partie l’évolution des infestations (abondance et cinétique de mues larvaires), la dynamique de reprise de végétation puis celle de la phase montaison. La disponibilité en azote dans cette période joue également un rôle. A partir de la date d’autorisation, réaliser le 1er apport le plus tôt possible pour favoriser un démarrage rapide des petits colzas et des colzas fortement infestés.

Sur les colzas dont la biomasse est supérieure à 1.5 kg/m², le risque est faible, a fortiori si ils ont reçu un traitement en novembre dernier contre les charançons du bourgeon terminal, avec un produit également efficace sur les larves d’altises.

Sur les colzas à faible croissance : soyez vigilants
- Quelques parcelles signalent des biomasses encore faibles (colzas très concurrencés à l'automne par un fort enherbement et ayant subit des attaques de grosse altise), et très ponctuellement quelques cas d’infestations significatives de larves de grosses altises sont enregistrés (Puy-de-Dôme principalement).

- Evaluer le niveau d'infestation recommandée : dans ces situations il peut être utile de faire un état de l’infestation larvaire de grosse altise aujourd’hui dans les secteurs à risque et en particulier sur les colzas les moins développés. Ceci, dans le but de prévenir une éventuelle infestation, comme nous l’avons vécu en 2018 sur certains secteurs, comme l’Auvergne et en Isère, accentué par un froid hivernal tardif très marqué (pas ou peu de problèmes dans le Sud-Ouest). (voir méthode ci-dessous)

Comment vérifier la présence de larves dans les plantes

- Une première observation au champ consiste à prélever une 20taine de plantes dans plusieurs endroits de la parcelle et rechercher d’abord la présence d’orifices, galeries sur les pétioles. Si c’est le cas, couper longitudinalement les pétioles et observer de préférence avec une bonne loupe si des larves y sont logées. Seuil d'intervention : si 70 % de plantes sont porteuses de larves.

Voir aussi la méthode Berlèse : pour plus de simplicité, cette méthode peut être utilisée de façon assez rapide et permet sans effort de détecter et dénombrer toutes les larves et repérer les stades larvaires (L1 pour les plus jeunes larves, puis L2 et L3 au fur et à mesure de leur croissance). Seuil d'intervention : si 2-3 larves en moyenne par plante.

Vidéo sur la méthode Berlèse

Comprendre les évolutions des stades larvaires et la nuisibilité pour les plantes

De l'oeuf au stade Larvaire L1
Après l'éclosion de l’œuf déposé au pied du colza, la larve (1er stade larvaire L1) pénètre dans la plante par la face supérieure du pétiole d'une feuille. L’appétit des larves s’accroit au fur-et-à-mesure qu’elles grandissent durant l’hiver (mue L1 puis L2 et L3).

Stades larvaires L2 et L3
- Les mues se réalisent d’autant plus vite que l’hiver est doux.  Le second stade larvaire (L2) est mobile, la larve se développe dans les pétioles et peut même passer d’une feuille à une autre.

- Le dernier stade larvaire (L3), moins mobile mais plus vorace, peut néanmoins gagner le cœur des plantes et le bourgeon terminal. Les plantes affaiblies et/ou les moins développées sont plus exposées. En d’autres termes, plus le colza est gros et poussant, moins il est sensible aux dégâts de larves d’altises.  

Publications

Qualité des graines tournesol - récolte 2018

Qualité des graines tournesol - récolte 2018

La teneur en huile est de 43,9 %

Qualité des graines pois 2018

Qualité des graines pois 2018

La teneur en protéines moyenne des graines s’élève à 21,7 %

Toutes les publications

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

Régulateur colza

Régulateur colza

Quel risque d'élongation sur votre colza ?

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Tous les outils

Formations

Prot. intégrée : insectes

Comment gérer les insectes du colza en respectant la faune auxiliaire ?


Orobanche colza, chanvre et tournesol

Faire face à l'orobanche du colza, du chanvre et du tournesol


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut