TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Enquête colza:

Renseignez votre biomasse sortie hiver !

Participer à l'enquête

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Développer les légumineuses en Occitanie : Co-construction d'une filière régionale pour un modèle agricole rentable, durable et responsable"

07 février 2019

Toulouse, le 7 février 2019 - Azuki, kabuli, fèves, pois, lentilles, etc., elles sont vertes, rouges(...)


Communiqué de presse : "Le guide de culture tournesol 2019 est disponible !"

29 janvier 2019

Paris, le 29 janvier 2019 - Terres Inovia publie son nouveau guide du culture tournesol. Outil préci(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Sud

Conseil colza - Arrivée précoce des méligèthes

Vos contacts en Régions 


A.Micheneau - Sud Nouvelle Aquitaine, Gers, Hautes-Pyrénées : Oléo-protéagineux 

C.Martin-Monjaret - Ouest Occitanie : Oléo-protéagineux 

Ingénieur en cours de recrutement - Auvergne, Rhône-Alpes : Oléo-protéagineux et Est Occitanie, PACA : oléagineux

Les méligèthes se sont réveillés tôt cette année à la faveur des conditions climatiques printanières depuis mi-février (T°>15°C). Les colzas sont donc à surveiller car les populations peuvent être parfois déjà importantes même sur des petits boutons (2 à 3 mm) particulièrement sensibles aux dégâts. Le retour d'un temps perturbé depuis une semaine n’est pas favorable à de nouveaux déplacements importants de méligèthes mais la surveillance est de rigueur.
Les stades des colzas sont variables selon les parcelles mais la majorité se situe entre les stades sensible D1 (boutons accolés encore cachés) à E (boutons séparés). Dans les parcelles les plus avancées, les premières fleurs sont observables.

La surveillance du colza vis-à-vis des méligèthes commence à D1 et se poursuit jusqu'à F1.

              

Maintenir la population de méligèthes à un niveau acceptable

Les règles de décision de lutte contre les méligèthes visent à maintenir la population à un niveau acceptable pour que la floraison puisse s'engager franchement et que les capacités de compensation puissent s'exprimer. La gestion de ce ravageur ne vise pas à l'éradiquer mais plutôt à bien mesurer le risque : faut-il intervenir ou ne pas intervenir ?

La particularité des méligèthes réside dans le fait qu'ils provoquent des perforations dans les boutons floraux. A cette période du cycle, les capacités de compensation de la culture peuvent être importantes.

Plus la culture est vigoureuse et saine, plus elle peut supporter la présence de méligèthes, même abondante. Plus la culture est chétive, stressée ou se développant dans un milieu sous contrainte (réserve utile, disponibilité en azote, enracinement défaillant, dégâts de ravageur : larves altise, piqure de charançon de la tige...), plus elle sera sensible à ce stade. L'observation de l'état du colza est donc aussi primordiale que l'observation du ravageur.

La présence d’une variété très précoce (ex : ES Alicia ou Troubadour) en fleur permet de limiter le risque de dégâts mais n'exclut en rien une surveillance !  Cette pratique permet de maîtriser certaines attaques faibles à moyennes. En cas de fortes attaques, au-delà des seuils décrits ci-dessous sur les plantes d'intérêt, un contrôle des populations de méligèthes peut se justifier.

Les seuils d'interventions

Il est recommandé pour un colza vigoureux (sain, bien implanté, dans un sol profond et en l'absence de stress printanier significatif) d'attendre le stade E et d’intervenir uniquement après que le seuil de 6 à 9 méligèthes par plante soit dépassé. En effet, dans le cas d’une attaque précoce dans un contexte favorable, le colza a le temps de compenser en multipliant le nombre d’inflorescences au niveau des hampes secondaires.


En revanche, si le colza n’est pas vigoureux en sortie d’hiver (petits colzas dus aux levées tardives, infestations larvaires ...) et/ou si les conditions environnementales sont défavorables aux compensations (températures faibles, plantes stressées en eau à floraison, dégâts parasitaires antérieurs de type larves d'altises, charançons du bourgeon terminal), il faudra surveiller les méligèthes dès l'apparition des boutons et intervenir après que le seuil soit atteint ou dépassé. Il est important de ne pas intervenir trop rapidement afin de toucher le maximum d'insectes lors de l'application.

Etat de la culture

Stade boutons accolés (D1)

Stade boutons séparés (E)

Colza peu vigoureux, affaibli, conditions environnementales peu favorables aux compensations

1 méligèthe/plante

2-3 méligèthes/plante

Colza sain et vigoureux, bien implanté, dans un sol profond et en l'absence de stress printanier significatif

Généralement pas d'intervention justifiée. Reporter la décision d'intervenir ou non au stade E

4-6 méligèthes/plante

Observation au champ : au stade D1, les méligèthes sont plus difficiles à observer. Il faut prendre le temps de bien analyser la zone de feuilles entourant les boutons. Au stade D2-E, les méligèthes sont plus facilement repérables.   

La vigilance doit à présent être maintenue par un dénombrement régulier sur les plantes pour se situer par rapport aux seuils. Le comptage se fait sur une moyenne de plantes consécutives : 4x5 plantes ou 2x10 plantes.

            

Prendre en compte les résistances aux pyréthrinoïdes

Les analyses réalisées lors des précédentes campagnes montrent des populations de méligèthes le plus souvent résistantes aux insecticides de la famille des pyréthrinoïdes à l'exception du taufluvalinate et de l'étofenprox. Les autres produits homologués parmi les autres familles chimiques permettent d'assurer un contrôle satisfaisant des méligèthes.

Une utilisation raisonnée de ces solutions est indispensable. Lire attentivement les étiquettes et la documentation disponible et respecter les recommandations d'emploi. Pour ceux qui ont déjà utilisé les organophosphorés seuls ou en association, ne pas oublier que le nombre d'application est limité par campagne.

     
Les substances actives efficaces sur méligèthes (résistants ou non) sont les suivantes :
- l'étofenprox (TREBON, UPERRCUT)
- le tau-fluvalinate (MAVRIK FLO, TALITA)
- l'indoxacarbe (STEWARD, EXPLICIT EC)
- la pymétrozine (PLENUM 50 WG)*
- les organosphosphorés seuls (BORAVI WG, RELDAN 2M) ou en association (DASKOR 440)
  

* La pymétrozine n’a pas été ré-approuvée par la comission européenne. Les retraits d’AMM devront intervenir au plus tard le 30 avril 2019 avec un délai maximum de vente et d’utilisation au 31 décembre 2019. Pour la France, l’ANSES devrait annoncer prochainement le retrait de l’AMM du PLENUM et les délais de fin de commercialisation et d’utilisation. Plenum pourra donc être utilisé pour cette campagne en cours.

        

Remarque complémentaire

- L'emploi du BORAVI WG pourrait être conservé pour la gestion des altises à l'automne.

- Afin de maintenir la durabilité des solutions chimiques, il est impératif de ne pas utiliser 2 fois de suite le même mode d’action (même si on traite 2 insectes différents)  pour réduire le risque d’apparition de résistance.

- L'usage des insecticides est interdit dans les cultures en présence de fleurs ou d'exsudats. En cas d’intervention tardive (stade E avec apparition des premières fleurs), utiliser impérativement les solutions bénéficiant d’une dérogation abeille (emploi autorisé durant la floraison et/ou production d'exsudats en dehors de la présence des abeilles). Lire attentivement l'étiquette car la mention abeilles est liée à chaque usage (culture x ravageur).

Insecticides autorisés sur colza

               

Volume de bouillie, un optimum autour de 200 l/ha

Pour optimiser l'efficacité d'une pulvérisation insecticide, il est conseillé de travailler à volume « normal », en évitant les trop bas-volumes, inférieurs à 100 l/ha.

Le contexte de réalisation est aussi important : réglage du pulvérisateur, conditions climatiques, caractéristiques du produit appliqué.

 Outils pour l'analyse du risque

BSV, le bulletin de santé du végétal par région

Pour bien prendre en compte votre situation, nous vous conseillons de vous référer à votre BSV régional
Consulter le BSV de votre région

"Les abeilles butinent - Protégeons-les !"

Dans cette plaquette l'AFPP rappelle les bonnes pratiques d’utilisation des produits de protection des plantes vis-à-vis des abeilles en s’appuyant sur les réglementations les plus récentes. Plaquette rééditée en décembre 2010 suite à un groupe de travail auquel participe Terres Inovia.

 "Les abeilles butinent - Protégeons-les" (PDF 505 Ko)

Publications

Qualité des graines tournesol - récolte 2018

Qualité des graines tournesol - récolte 2018

La teneur en huile est de 43,9 %

Qualité des graines pois 2018

Qualité des graines pois 2018

La teneur en protéines moyenne des graines s’élève à 21,7 %

Toutes les publications

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

Régulateur colza

Régulateur colza

Quel risque d'élongation sur votre colza ?

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Tous les outils

Formations

Fertilisation raisonnée colza

La fertilisation azotée du colza : impact sur la production, besoins de la plante, apports


Nouvelles stratégies (Nouveauté)

Colza : de nouvelles stratégies pour limiter l’usage des insecticides


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut