TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Enquête rendements protéagineux 2018 :

votre avis nous intéresse !

Participer

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Le soja s'implante en Ile-de-France : plus de 400 hectares cultivés !"

10 juillet 2018

Paris, le 10 juillet 2018 - Culture agroécologique qui mise sur la proximité, la durabilité et la co(...)


Communiqué de presse : "Le guide de culture colza 2018 est arrivé"

10 juillet 2018

Paris, le 9 juillet 2018 - Terres Inovia publie son nouveau guide de culture colza. Outil précieux p(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Sud

myPIC - Colza : stratégie de lutte contre l'oïdium et le sclérotinia

Vos contacts en région SUD
J.Raimbault (Aquitaine, Gers, Hautes-Pyrénées)
C.Martin-Monjaret (Midi-Pyrénées, Ouest audois)
G.Beugniet (L.Roussillon, PACA)

A.Micheneau ( Auvergne - Rhône-Alpes)

03.04.2018

myPIC - Colza : stratégie de lutte contre l'oïdium et le sclérotinia

Début de la floraison : pensez à votre stratégie de protection Oidium-Sclérotinia 

Stade F1 : 50 % des plantes avec une fleur ouverte

Selon les régions, ces deux maladies sont plus ou moins présentes

- Dans le Sud-Ouest et en Auvergne-Rhône-Alpes au sud de la ligne Clermont-Ferrand/Lyon ces deux maladies sont régulièrement observées, il est donc recommandé d'être vigilant. Pour l'oïdium, l'observation à la parcelle des premiers symptômes est nécessaire pour raisonner une protection. Pour le sclérotinia, la protection fongicide  étant uniquement préventive, il faudra s'appuyer sur  la connaissance des antécédents notamment (voir encadré) et l'analyse du risque du BSV (kit pétales) pour élaborer sa stratégie.  

- Dans le Sud-Est, l’Oïdium est une priorité sur l’ensemble des régions Languedoc-Roussillon et PACA, où les attaques sont régulièrement fortes. Les pertes de rendement peuvent être importantes si la maladie est mal contrôlée. Dans ces situations viser une protection contre l’oïdium systématique au stade G1.

- En région  Auvergne-Rhône-Alpes au nord de la ligne Clermont-Ferrand/Lyon  le sclérotinia est prépondérant par rapport à l'oidium.

 "Kit pétales" : un outil pour l'analyse du risque à l'échelle d'un bassin de production

une boite du kit pétales
révélant un résultat positif
vis-à-vis du sclérotinia

La pression sclérotinia est évaluée à l’échelle régionale par la méthode "kit pétales" : estimation du taux de pétales contaminés permettant d'evaluer, le potentiel infectieux du sclérotinia vis-à-vis du colza. Les résultats sont publiés dans les Bulletins de Santé du Végétal (BSV)

Des indicateurs complémentaires permettent d’évaluer le risque sclérotinia à la parcelle :
Le nombre de cultures sensibles dans la rotation, colza en particulier (tournesol, soja, cultures légumières...)
Les attaques des années antérieures sur la parcelle,
Enfin, le climat durant toute la floraison favorisera ou non l’expression de la maladie : humidité relative de plus de 90 % dans le couvert (pluie ou rosée matinale) durant au moins 3 jours consécutifs et une température moyenne journalière supérieure à 10°C

Raisonner les interventions selon le stade des colzas, la maladie à cibler prioritairement, et le niveau de risque

Sud-Ouest et en Auvergne-Rhône-Alpes au sud de la ligne Clermont-Ferrand/Lyon : viser une protection sclérotinia et oïdium
Les deux maladies sont régulièrement présentes, et le positionnement à G1 d’un fongicide efficace à la fois contre sclérotinia et oïdium assure dans la quasi-généralité des cas une protection oïdium suffisante (à l'exception des très fortes pressions). Cette stratégie permet également une protection contre l’alternaria, présent notamment sur le secteur Sud-Aquitaine. Rappelons que la protection fongicide contre le sclérotinia est préventive.

Sud-Est viser une protection contre l’oïdium
L’Oïdium est une priorité sur l’ensemble des régions Languedoc-Roussillon et PACA, où il peut provoquer des pertes de rendement importantes si la maladie est mal contrôlée.
Dans ces situations viser une protection contre l’oïdium avec une intervention systématique au stade G1.
Dans quelques situations on visera à la fois une protection contre oïdium et sclérotinia : il s’agit de parcelles où le sclérotinia a été observé par le passé, ou en rotation avec des cultures maraîchères, melon en particulier.

Auvergne-Rhône-Alpes au nord de la ligne Clermont-Ferrand/Lyon : viser une protection prioritairement contre le sclérotinia 

EN PRATIQUE

C'est au stade G1 (dessin ci-contre) que la protection fongicide contre le sclérotinia est la plus efficace. Selon les années et en fonction de la température, il faut 6 à 12 jours à partir du stade F1 (50 % des plantes ont au moins une fleur ouverte) pour atteindre le stade G1 soit un cumul de 100 degrés-jours en Base 0.

Aller dans les parcelles pour bien repérer le stade et être prêt à G1
G1 : chute des premiers pétales. Les 10 premières siliques ont une longueur inférieure à 2 cm. La floraison des inflorescences secondaires commence.

Choix des produits 

- La ou les maladies visées guideront votre choix

- Dans tous les cas, veillez à respecter le délai avant récolte qui peut aller jusqu'à 56 jours.

Une seule intervention suffit

Conseil produits 

Les plus efficaces contre le sclérotinia

Bon à très bon arrière effet sur oídium :
Joao 0,5 l/ha; Prosaro 0,8 l/ha; Propulse 0.8 l/ha ; Aviator XPRO

En léger retrait sur oïdium
- Pictor PRO 0,25 kg/ha + Sunorg PRO 0,4 l/ha
- Effilor 0,8 l/ha; Telia 0.8 l/ha;
- Brigg+Staffor (pack Forza 0,25 à 3l/ha + 0,4,à0,5 l/ha)

Insuffisant sur oídium :
- Pictor PRO 0,4 kg/ha; Filan SC 0,4 l/ha; Priori Xtra 0,8 l/ha
- Acapela Soft Control (Acapela 250SC 0.5 l/ha + Ballad 1l/ha)

Légèrement en retrait sur sclérotinia mais satisfaisants pour leur effet sur oïdium

Arrière effet oïdium : bon à moyen
- Sunorg PRO / Caramba Star 0,8 l/ha
- Horizon 1 l/ha (ou autre tébuconazole)

Attention à l'usage de produits à base de tébuconazole : ne pas dépasser la dose de 250 g/an 

 Voir conditions d'utilisation de chaque produit avant usage

Voir les produits ( dernière mise à jour : septembre 2017 )

Bien identifier les stades F1 et G1

Stade F1

- 50 % des plantes présentent une fleur ouverte.
- La parcelle est encore verte.

Environ + 6 à 12 jours entre les stades F1 et G1 selon les conditions météo

Stade G1

- Les hampes secondaires commencent à fleurir.
- Les 10 premières siliques sont formées sur les hampes principales avec une longueur inférieure à 2 cm.
- Les premiers pétales chutent.
- La parcelle est jaune.

"Rincer" à l'eau ne suffit pas : nettoyez votre pulvérisateur avec soin

Tous les ans, des parcelles de colza sont sérieusement touchées par les conséquences d'un mauvais nettoyage de pulvérisateurs, après des applications d'herbicides sur d'autres cultures. Les pertes de rendement peuvent être importantes.

L'usage de l'eau pour nettoyer son pulvérisateur est insuffisant, notamment, par exemple, après utilisation des sulfonylurées. Ces produits ont la capacité de se fixer sur les parois et les tuyauteries. Utiliser un nettoyant spécifique pour pulvérisateur apparaît donc indispensable pour être efficace.

Symptômes constatés sur colza :  tassement et réduction importante de biomasse, avortements des siliques, allongement de la floraison ou refloraison (voir illustration), maturité hétérogène

      

Les abeilles butinent, protégez les ! Suivez la réglementation « abeille »

1 - Dans les situations proches de la floraison, en pleine floraison ou en période de production d’exsudats, utiliser un insecticide ou acaricide portant la mention "abeille", autorisé "pendant la floraison mais toujours en dehors de la présence d’abeilles" et intervenir le soir par température <13°C (et jamais le matin) lorsque les ouvrières sont dans la ruche ou lorsque les conditions climatiques ne sont pas favorables à l'activité des abeilles, ceci afin de les préserver ainsi que les autres auxiliaires des cultures potentiellement exposés.

2 - Attention, la mention "abeille" sur un insecticide ou acaricide ne signifie pas que le produit est inoffensif pour les abeilles. Cette mention "abeille" rappelle que, appliqué dans certaines conditions, le produit a une toxicité moindre pour les abeilles mais reste potentiellement dangereux.

3 - Il est formellement interdit de mélanger pyréthrinoïdes et triazoles ou imidazoles. Si elles sont utilisées, ces familles de matières actives doivent être appliquées à 24 heures d’intervalle en appliquant l’insecticide pyréthrinoïde en premier.

4 - N’intervenir sur les cultures que si nécessaire et veiller à respecter scrupuleusement les conditions d’emploi associées à l’usage du produit, qui sont mentionnées sur la brochure technique (ou l’étiquette) livrée avec l’emballage du produit.
5 - Afin d’assurer la pollinisation, de nombreuses ruches sont en place dans les parcelles de multiplication de semences. Les traitements fongicides et insecticides qui sont appliqués sur ces parcelles, mais aussi dans les parcelles voisines, peuvent avoir un effet toxique pour les abeilles. Limiter la dérive lors des traitements. Veiller à informer le voisinage de la présence de ruches. 

Pour en savoir plus : deux documents à télécharger et diffuser autour de vous !

-    Plaquette « les abeilles butinent » (505 ko)
-    Note nationale BSV « L'abeille, une alliée pour nos cultures : protégeons-là ! » (332 ko)

Réduire le potentiel infectieux de la parcelle par le Contans

Le Contans® WG (Coniothyrium minitans) est un produit biologique. Ce champignon, parasite des sclérotes de sclérotinia, est autorisé pour l’usage traitement du sol. Son utilisation se raisonne au niveau de la rotation.
Pour être efficace, ce produit doit être mis en contact direct avec les sclérotes et peut être appliqué :

- après le colza, sur les résidus de récolte infectés (stratégie de destockage des sclérotes à l'échelle de la rotation)

- couplé à une incorporation avant le semis du colza (réduction des sclérotes situées en superficiel)

- en post-levée du colza jusqu'au stade 4-5 feuilles et à condition de pouvoir profiter de pluies significatives dans la foulée.

En savoir plus sur la lutte contre le sclérotinia par Contans

 

Pratiquer des rotations avec des espèces peu ou pas sensibles au sclérotinia

Le fait d'avoir des cultures peu ou pas sensibles au sclérotinia permet de limiter l'inoculum au sein de la parcelle. Par ailleurs, il est nécessaire de soigner son désherbage car certaines dicotylédones sont également sensibles au sclérotinia et peuvent ainsi conduire à accroître le stock d'inoculum.

Maîtriser la densité

Une densité maîtrisée conduit à une meilleure circulation de l'air entre plantes et donc à une moins forte humidité du couvert. Si la densité est trop forte, l'hygrométrie sera forcément plus importante et donc favorable à la contamination en présence d'inoculum.

En savoir plus sur la densité de semis du colza

 

 

Publications

Fiche orobanche cumana

Fiche orobanche cumana

Savoir l’identifier pour protéger la culture et limiter son extension

Toutes les publications

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Yara ImageIT

Yara ImageIT

Application mobile - Calcul de biomasse colza par prise de photo

Tous les outils

Formations

Lutte contre les ravageurs

Lutter contre les insectes du colza en utilisant au mieux les outils disponibles


Orobanche colza, chanvre et tournesol

Faire face à l'orobanche du colza, du chanvre et du tournesol


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut