TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Rendements protéagineux 2017

Saisissez vos

rendements en protéagineux

(pois, féverole, lupin, lentille

et pois chiche)

(moins de 5 minutes !)

Participer

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Limiter l’usage des intrants, améliorer la fertilité du sol en préservant les revenus"

03 juillet 2017

Le 29 juin 2017, les 3 instituts techniques agricoles ARVALIS – Institut du végétal, ITB et Terres I(...)


Communiqué de presse : SYPPRE "Préserver la fertilité des sols et réduire les émissions de gaz à effet de serre"

28 juin 2017

Le 28 juin 2017, les 3 instituts techniques agricoles ARVALIS – Institut du végétal, ITB et Terres I(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Sud

myPIC méligèthes du colza : le comptage à la parcelle est incontournable

Vos contacts régionaux Terres Inovia
J.Raimbault
(Aquitaine, Gers & Hautes-Pyrénées)

C.Martin-Monjaret (Midi-Pyrénées, Ouest-audois)

G.Beugniet (L.Roussillon, PACA)

A.Micheneau (Auvergne, Rhône-Alpes)
10.03.2017

myPIC méligèthes du colza : le comptage à la parcelle est incontournable

 

Les méligèthes ont fait leur apparition depuis plusieurs jours dans les parcelles et les colzas ont atteint pour la plupart d’entre-eux la période de sensibilité vis à vis de cet insecte. Cette période, comprise entre le stade boutons accolés et le stade début floraison correspond globalement à la présence de boutons et à l'absence de fleurs dans les cultures.

Apprécier le niveau de risque au cas par cas

Les BSV font état de niveaux d'un niveau de présence des méligèthes très variable entre secteurs et entre parcelles. Il est donc recommandé d’apprécier le niveau risque au cas par cas en tenant compte de l'état du colza, du nombre de méligèthe par plante.

Les parcelles en mélange avec des variétés très précoces (type ES Alicia), sont fréquentes en Midi-Pyrénées cette année. Si les premières fleurs jouent pleinement leur rôle piège, cela n’exclue pas de faire un suivi attentif des parcelles.

 

Dans tous les cas il faut tenir compte de la progression rapide des insectes et du stade du colza … voir le BSV

 

Stratégie de lutte : maintenir la population de méligèthes à un niveau raisonnable

La stratégie de lutte vis à vis des attaques de méligèthes consiste à exploiter les capacités de compensation du colza et à maintenir la population de méligèthes à un niveau acceptable (en dessous des seuils d'intervention), sans chercher à éradiquer complètement les méligèthes. Ainsi, la floraison pourra s’engager sans retard important et les compensations pourront s'exprimer au maximum.

Analyse de risque

En complément de l'analyse de risque régionale, il est nécessaire d'évaluer le risque à la parcelle. Les observations sont à réaliser l'après-midi, période d'activité des insectes. Surveillez attentivement vos parcelles.
BSV : Aquitaine et Midi-Pyrénées / Auvergne / Rhône-Alpes

Surveillance de rigueur au stade "bouton"

Le colza est sensible aux attaques entre le stade boutons accolés (D1) et le stade boutons séparés (E), ce qui correspond globalement à la présence de boutons et à l'absence de fleurs dans les cultures.

C'est durant la période " boutons" que le suivit de la parcelle est indispensable pour évaluer le niveau de présence de méligèthes.

>> Ne pas négliger les parcelles en mélange avec des variétés très précoces (type ES Alicia) : En effet, ce type de mélange n'évite pas l’observation régulière à la parcelle pour évaluer le niveau de pression (en cas de très forte pression le recours à une protection insecticide n’est pas exclu.

A partir de l'apparition des premières fleurs : toute intervention est inutile.

Comptages à la parcelle obligatoire !

L'observation et le comptage des méligèthes à la parcelle sont incontournables pour décider d'une éventuelle intervention.

Les comptages doivent être effectués sur plusieurs plantes consécutives (2 fois 10 plantes), c'est donc la moyenne de l'ensemble des valeurs qui permettra de se situer par rapport aux seuils d'intervention et de prendre une décision.

Tenir compte de la vigueur du colza et respectez les seuils

Gros colzas : attendre le stade E (boutons séparés)

Pas de précipitation, pour ces colzas vigoureux, doté de fortes capacités de compensation, attendre le stade E  et intervenir uniquement après que le seuil soit dépassé.

Colzas peu vigoureux ou affaiblis : agir dès que le seuil est atteint ou dépassé pour des colzas entre D1 et E

Ce cas concerne notamment des colzas semés tardivement et/ou en situation de disponibilité en azote limitante, et/ou affaiblis par des dégâts parasitaires type larves d'altise ou de charançon du bourgeon terminal.

Ne pas intervenir trop rapidement, mais essayer de faire "le plein" avant l'application d'un insecticide.

Lorsque le seuil d'intervention a été atteint, attendez 5 à 7 jours avant de réaliser le traitement insecticide, excepté dans les situations où le colza est chétif ou affaibli (asphyxie racinaire) où il sera préférable d'intervenir rapidement.

A partir du début floraison : toute intervention est inutile,

Etat de la culture

Stade boutons accolés (D1)

Stade boutons séparés (E)

Colza sain et vigoureux

Intervention non justifée à ce stade en général (attendre le stade E)

- SUD : 4 à 6 méligèthes par plante

- Auvergne - Rhône-Alpes : 6 à 9 méligèthes par plante

Colza peu vigoureux, affaibli

1 méligèthe par plante

2 à 3 méligèthes par plante

Choix des produits : prendre en compte la résistance aux pyréthrinoïdes

Lire attentivement les étiquettes et la documentation disponible, respectez les recommandations d'emploi.

Conseil produits 2017 dans un contexte de méligèthes résistants aux pyréthrinoïdes

Dans le but de diversifier les matières actives utilisées, privilégier les produits PLENUM 50 WG ou STEWARD (EXPLICIT EC).

PLENUM 50WG offre toutefois une efficacité supérieure à STEWARD. (Ces deux produits ne disposant pas de mention abeilles, attention aux règles d'utilisation!).

>>> RAPPEL : fin des utilisations des produits à base de chlorpyriphos-éthyl au 31/08/2017
Sont concernées les associations chlorpyriphos éthyl + cyperméthrine comme NURELLE D550,  PATTON, GEOTION XL ou VERSAR 550 ou chlorpyriphos éthyl seul comme PYRINEX ME ou CUZCO.

Autres solutions

- MAVRIK FLO (tau-fluvalinate) ou TREBON 30EC (etofenprox) sont 2 pyréthrinoides encore efficaces contre méligèthes résistants et bénéficient d’une mention abeilles;

- RELDAN 2M et BORAVI WG 2 organophosphorés : ne bénéficient pas de mention abeilles;

- HOREME V200 (ou SUPREME 20 SG) et PROTEUS ont une action choc moindre mais bénéficient d’une mention abeille.

 Les associations PROTEUS, NURELLE D550, PATTON, GEOTION XL, VERSAR550, DASKOR 440 sont à réserver aux situations particulières avec présence simultanée de méligèthes et charançons de la tige.

- Afin de maintenir la durabilité des solutions chimiques, il est impératif de ne pas utiliser 2 fois de suite le même mode d’action (même si on traite 2 insectes différents)  pour réduire le risque d’apparition de résistance.

- L'usage des insecticides est interdit dans les cultures en présence de fleurs ou d'exsudats. En cas d’intervention tardive (stade E avec apparition des premières fleurs), utiliser impérativement les solutions bénéficiant d’une dérogation abeille (emploi autorisé durant la floraison et/ou production d'exsudats en dehors de la présence des abeilles). Lire attentivement l'étiquette car la mention abeilles est liée à chaque usage (culture x ravageur).

ATTENTION à utiliser un volume de bouillie suffisant : 200 l/ha minimum

Le volume de bouillie reste un élément essentiel de la réussite de la protection contre les méligèthes. Il doit être au moins de 200 l/ha. Le contexte de réalisation est aussi important : réglage du pulvérisateur, conditions climatiques, caractéristiques du produit appliqué. Les adjuvants n’interviennent qu’à la marge et ne constituent pas les paramètres d’efficacité des pulvérisations les plus déterminants.

Nettoyer la cuve du pulvérisateur avec soin : l'eau ne suffit pas

Tous les ans, des parcelles de colza sont sérieusement touchées par les conséquences de mauvais rinçages de pulvérisateurs après des applications d’herbicides sur d’autres cultures. Les pertes de rendement peuvent être très importantes, voire conduire au retournement du colza.

L’usage de l’eau pour nettoyer les pulvérisateurs est insuffisant, par exemple après utilisation des sulfonylurées en formulation WG (les formulations SG peuvent se rincer à l’eau). Ces produits ont la capacité de se fixer sur les parois, les filtres et les tuyauteries et peuvent être remis en solution, particulièrement avec des produits contenant des solvants (formulation EC par exemple).

Utiliser un nettoyant spécifique pour pulvérisateur est indispensable pour un rinçage efficace. Conformez-vous aux conseils des firmes sur l’étiquette des bidons.

ATTENTION : Un mauvais rinçage de la cuve après l’application de sulfonylurées sur céréales peut provoquer sur le colza :

- un tassement et une réduction importante de la biomasse,

- des avortements des siliques,

- un allongement de la floraison ou une refloraison.

- une maturité très hétérogène

Les abeilles butinent, protégeons-les !

 Il est formellement interdit de mélanger pyréthrinoïdes et triazoles ou imidazoles durant la floraison. Ces familles de matières actives doivent être appliquées à 24 heures d'intervalle en appliquant la pyréthrinoïde en premier.

Pendant la floraison mais toujours en dehors de la présence d'abeilles, utiliser un produit autorisé (mention abeilles) et intervenir de préférence tard le soir lorsque les ouvrières sont dans la ruche ou lorsque les conditions climatiques ne sont pas favorables à l'activité des abeilles, ceci afin de les préserver ainsi que les auxiliaires. Les applications du soir sont à privilégier car le délai entre l’application et la reprise de butinage est plus long.

N'intervenir sur les cultures que si nécessaire et veiller à respecter scrupuleusement les conditions d'emploi associées à l'usage du produit, qui sont mentionnées sur la brochure technique (ou l'étiquette) livrée avec l'emballage du produit.

En savoir plus :
 Plaquette «les abeilles butinent» (505 ko)
Note nationale BSV « L'abeille, une alliée pour nos cultures : protégeons-la ! » (320 ko)

 

Une culture vigoureuse et saine compense mieux les attaques de méligèthes

Un peuplement maitrisé, un bon enracinement et un semis à date normale favorisent un colza robuste, capable de faire face aux bioagresseurs tout au long du cycle.

Soigner l'enracinement

L’implantation du colza est une étape essentielle pour la culture. Elle doit permettre au colza d’atteindre le stade 8 feuilles et un pivot d’au moins 8 mm de diamètre à l’entrée de l’hiver.
Obtenir un enracinement optimal par un travail du sol adapté est essentiel. En effet le système racinaire est sensible aux problèmes de structure. Une longueur de pivot au moins égale à 15 cm est à rechercher.
La densité de plantes et la régularité du peuplement sont aussi des critères déterminants. Cela assurera une plante vigoureuse, porteuse au printemps d’un potentiel important de ramifications et donc de capacités de compensation.

Semer durant les dates optimales conseillées

Dates de semis conseillées

Maintenir un bon état sanitaire

Un suivi régulier et adapté de la culture permettra au colza d'avoir toutes ses capacités de compensation au moment de l'arrivée des méligèthes. Les ravageurs d'automne (larves d'altise, charançon du bourgeon terminal) ainsi que ceux du printemps, notamment le charançon de la tige, doivent être suivis et maîtrisés. Une plante saine compensera d'autant plus une attaque de méligèthes qu'une plante affaiblie par ailleurs.

 

Photo : plante cumulant un dégât de charançon de la tige du colza (tige déformée en bas de la photo) avec une attaque de méligèthes

Associer une variété piège à votre variété d'intérêt en mélange

L'association d'une variété haute et très précoce à floraison (ES Alicia) en mélange à 5-10 % avec la variété d'intérêt peut permettre de réduire le niveau d'infestation sur la variété d'intérêt.
Pour en savoir plus : voir onglet Innover

Associer une variété piège à votre variété d'intérêt en mélange

L'association d'une variété haute et très précoce à floraison (ES Alicia) en mélange à 5-10 % avec la variété d'intérêt peut permettre de réduire le niveau d'infestation sur la variété d'intérêt et ainsi, dans le meilleur des cas, de  rester en deçà des seuils d'intervention ou de retarder la date d'intervention. Cette variété haute et très précoce sera en effet plus attractive pour les méligèthes «protégeant » ainsi les plantes de la variété d'intérêt aux stades sensibles.
En cas de forte pression, les plantes pièges ne seront pas suffisantes. Ce type de mélange n'évite donc pas une observation régulière à la parcelle ni d'avoir recours à une protection insecticide. raisonnée. 

  

Mise en place d'une bande piège 

Sur le même principe que les mélanges variétaux, installer sur le tour du champ, voire sur une seule bande, une variété à floraison très précoce pour attirer les méligèthes.

 

Ces techniques sont déjà utilisées par des producteurs mais des données complémentaires sont en cours d'acquisition pour préciser l'efficacité de ces méthodes et leur champ de validité. 

Photo : Parcelle de colza avec une bande de variété à floraison plus précoce en bordure

 

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Yara ImageIT

Yara ImageIT

Application mobile - Calcul de biomasse colza par prise de photo

Tous les outils

Formations

Méthanisation agricole (Nouveauté)

La méthanisation agricole : rentabilité des installations et valorisation des substrats agricoles


Colza en production de semences

La conduite du colza en production de semences


Toutes les formations