TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Agenda

L'Isle-Jourdain (32) Les Culturales 2018

06 juin 2018

L'Isle-Jourdain (32) Les Culturales 2018

Venez découvrir les innovations et échanger entre professionnels de l'agriculture -Badge d'accès à télécharger ici

Tous les événements

Actualités / Presse

Le rapport d'activité de Terres Inovia est disponible !

04 mai 2018

Le rapport d'activité de Terres Inovia sur l'ensemble de l'année 2017 est disponible.

Lire le rappo(...)


Communiqué de presse "Développement des oléo-protéagineux en agriculture biologique : tous les acteurs mobilisés et des projets qui avancent"

27 avril 2018

Paris, le 27 avril 2018 – Organisées chaque année par Terres Inovia - l’institut technique des profe(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Ouest

Point colza - Une sortie d'hiver humide

Julien Charbonnaud (Centre-Val de Loire)

Jean Lieven (Normandie, Ile de France Ouest)

Nina Rabourdin (Bretagne, Pays de la Loire)

Nicolas Peyran (Poitou-Charentes, Vendée, Limousin)

    

Le 02 février 2018

% Pluie par rapport à la normale du 1er déc 17 au 30 janv 18

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

  

Régions Bretagne/Pays de la Loire

Les pluies en abondance et les températures douces de cet hiver conduisent à des situations très variables. Des phénomènes d'hydromorphie sont visibles dans les tournières, les cuvettes en parcelles, les parcelles à fort risque d'hydromorphie. Mais globalement, la situation actuelle reste saine pour une majorité des colzas qui reste verts. 

Dans certaines parcelles, les larves d'altises sont détectées en abondance, majoritairement à des stades jeunes. Néanmoins, il devient inutile de traiter en sortie d'hiver car les larves les plus nuisibles ne sont plus mobiles. 

Les conditions climatiques pour les prochains jours annoncent des gelées matinales jusqu'à -4 -5°C. Attention, les petits colzas pourraient avoir quelques difficultés avec des risques de dégâts de froid sur les parcelles infestées de larves d'altises et/ou celles gorgées d'eau avec un risque de dégât mécanique au niveau du collet pour les colzas les plus chétifs.

  

Régions Normandie/Ile de France Ouest

Par rapport à la normale 1997-2016, les pluies cumulées depuis le 1er décembre sont très excédentaires de 75 % à 125 % au nord de la diagonale Etampes – Bayeux et de 25 à 50 % dans le reste de la région. Les cumuls les plus élevés atteignent 300 à 380 mm dans la Manche, le Bocage Calvadosien, le Pays d’Auge, le Roumois et une très large partie de la Seine-Maritime.

Ceci augmente incontestablement les risques de saturation des sols en eau et d’asphyxie racinaire (voir encadré ci-dessous). Malgré ces excédents, les colzas semblent jusqu’à présent relativement peu impactés, hormis dans les fourrières, bas-fonds, zones hydromorphes et tassées.

Un rafraichissement est annoncé pour les 10 prochains jours, ce qui va freiner le développement de la culture. Dans les secteurs du littoral, certaines parcelles ont déjà atteint ou avoisinent le stade C2. Globalement, les colzas ont perdu des feuilles essentiellement en raison de la sénescence naturelle. Le nombre de jours avec Tmin < -2°C fluctue de 0 à 5 depuis le début de l’hiver (contre 1 à 15 en règle générale). Les légumineuses gélives sont parfois encore bien en place mais il convient d’attendre encore avant d’envisager toute destruction chimique de sortie hiver (voir info spécifique).

Un diagnostic de l’état sanitaire des plantes (racines, présence éventuelle de maladies type hernie, cylindrosporiose, infestations larvaires) est conseillé en cette période de l’année. Dans certains cas, les larves d’altises ont pu profiter des températures douces de janvier pour se développer et migrer peu à peu vers les cœurs des rosettes. Même s’il est trop tard pour intervenir contre les larves, mieux vaut être bien connaître le niveau d’infestation actuel pour mieux appréhender la suite de la campagne.

L’estimation de l’azote absorbé en sortie hiver et la prise en compte d’une hypothèse de rendement la plus réaliste possible seront bientôt à prendre à compte dans la méthode du bilan (voir conseil pesée sortie hiver).

         

Région Poitou-Charentes/Vendée/Limousin

Les parcelles sont actuellement en reprise de végétation et la situation des colzas est relativement bonne.
Dans certains cas, la présence de larves d’altises peut être importante ; les colzas bien développés ne devraient pas être trop impactés. Cependant, selon l’évolution du climat-rafraichissement prévu dans les prochains jours-  et son incidence sur la vitesse de redémarrage des cultures, on ne peut pas exclure des dégâts dans les parcelles les moins développées mais il est trop tard pour intervenir.
Un premier apport d’azote peut s’envisager sur les plus petits colzas (biomasse inférieure à 800 g/m²) mais il est préférable d’attendre le retour de pluies et de conditions plus poussantes.  Limiter l’apport à 40 u/ha.
Pensez à sortir vos cuvettes jaunes mais il n’ y a pour le moment pas de risque de vol du charançon de la tige. Il n’interviendra potentiellement  qu’au retour de températures au-dessus de 9°C.

Consultez le site Expert pour être mis en alerte du vol.
             

Région Centre-Val de Loire

Les conditions climatiques sont très humides cet hiver. Par rapport à la normale (1997-2016), les pluies cumulées depuis le 1er décembre sont excédentaires : de +20% à +100 % sur la région Centre-Val de Loire selon les secteurs (voir carte ci-dessus). Néanmoins, les phénomènes d'hydromorphie restent ponctuels.

Pour les parcelles concernées par le problème, il est urgent d'attendre pour faire un diagnostic. Les conditions climatiques de la semaine prochaine devraient être moins humides et permettent un ressuyage des parcelles. 

Si des conséquences de cet hydromorphie sont avérées, le potentiel sera à revoir lors du calcul de la dose d'azote à apporter (voir conseil pesée sortie hiver).

Hydromorphie : une pénalisation de la croissance de la plante

Ces fortes précipitations entrainent une anoxie* racinaire dont le colza est très sensible en hiver et au redémarrage en végétation. En effet, l’excès d’eau pénalise le redémarrage des plantes en limitant la croissance aérienne et surtout racinaire. La plante prend alors une couleur rougeâtre.

En effet, l’excès d’eau bloque l’absorption des nitrates et provoque une fermentation des racines qui produit de l’éthanol s’accumulant dans les feuilles. Cette accumulation perturbe le fonctionnement de la photosynthèse (cf graphique) et pénalise le redémarrage les plantes en limitant la croissance aérienne et surtout racinaire. La plante prend alors une couleur rougeâtre.

   

Par la suite, ces défauts d’enracinement diminueront :

-   l’exploration racinaire,
-   la valorisation des ressources du sol et des engrais,
-   les capacités de compensation en cas d’accidents climatiques (stress hydrique) ou d’attaques de ravageurs au printemps (méligèthes).
Si l’excès d’eau dure trop longtemps, le système racinaire pourrit et les pieds disparaissent.

Sytème racinaire de colza pourri


** hypoxie : diminution de la quantité d' oxygène utilisable par les cellules 

         

Quels impacts aujourd’hui ?

Il est encore trop tôt pour juger de l’impact de ces fortes précipitations sur la croissance du colza, d’autant plus que depuis quelques jours, sur certains secteurs, nous observons une atténuation des zones d’accumulation d’eau dans les parcelles. Malgré tout, il est urgent que les parcelles concernées se ré-assainissent rapidement. La vigilance restera de mise jusqu’au redémarrage de la plante.

 

 

 

Le colza est très peu tolérant à l'anoxie* racinaire

 

* L'anoxie désigne le manque d'oxygène d'un milieu. Lorsque l'environnement est dit anoxique, c'est que la réduction d'oxygène est telle qu'il y a asphyxie

Publications

Les abeilles, des alliées pour nos cultures : protégons-les !

Les abeilles, des alliées pour nos cultures : protégons-les !

Cette note a été rédigée par un groupe de travail DGAl1, APCA2, ITSAP-Institut de l’abeille3, ADA4 France et soumise à la relecture du CNE5.

Qualité des graines pois récolte 2017

Qualité des graines pois récolte 2017

Les surfaces de pois en France se sont stabilisées en 2017 à 199 000 ha (201 000 ha en 2016) suite à la belle progression observée depuis 2014.

Toutes les publications

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Yara ImageIT

Yara ImageIT

Application mobile - Calcul de biomasse colza par prise de photo

Tous les outils

Formations

Culture du colza

Les bases de la culture du colza


Fertilisation raisonnée colza

La fertilisation azotée du colza : impact sur la production, besoins de la plante, apports


Toutes les formations