TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Semis pois chiche 2019 : Respecter les contraintes techniques pour assurer la durabilité de la culture "

26 octobre 2018

Paris, le 26 octobre 2018 - Face à la forte croissance du marché, la culture du pois chiche connait (...)


Communiqué de presse : "Développer les légumineuses : un enjeu mondial pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement"

17 octobre 2018

Toulouse, le 17 octobre 2018 - Rendez-vous incontournable pour l'ensemble des acteurs de la filière,(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Ouest

Point colza - Récolte 2018 : résultats très moyens à médiocres

Jean Lieven (Normandie – Ile de France Ouest)

Le 01 Août 2018

 

Après une campagne particulièrement contraignante pour la culture de colza dans la région, les résultats de rendement sont arrivés très tôt, comme partout en France. A ce jour, il ne reste plus que quelques hectares à récolter sur le littoral haut-normand notamment.

Les premières estimations indiquent des performances moyennes en retrait de 7 à 12 q/ha par rapport à 2016-17. Les esprits sont surtout marqués par des résultats variant du simple au triple à l’échelle de micro-secteur voire même des exploitations. Et ceci dans quasiment tous les secteurs de la région.

Dans l’Eure, les résultats les plus fréquents fluctuent dans la fourchette 32 à 35 q/ha. Quelques pointes à 48 q/ha sont atteintes mais hélas on note surtout beaucoup de contre-performances entre 10 et 30 q/ha dans les situations particulièrement malmenées par le contexte climatique et sanitaire. Dans les zones de vallées de l’Eure, vallées de la Seine et rotations courtes, les petits rendements (20-30 q/ha) sont très fréquents. Dans le Pays d’Ouche, sud d’Evreux et le Vexin , les résultats ne déçoivent pas autant en tendance (35 -40 q/ha).

Les résultats dépitent globalement les producteurs de Seine-Maritime avec une fourchette large de 10 à 46 q/ha et une moyenne pour les principales aires de production oscillant à priori entre 32 et 34 q/ha. Les terres hydromorphes, battantes, terres de marais et les parcelles avec des fautes ou défaillances de suivi technique sont les plus impactées. Seul le littoral du Pays de Caux montre régulièrement des résultats au-dessus de 42 q/ha pour les parcelles sans défaillance technique.

En Basse-Normandie, la moyenne se situe sans doute entre 29 et 32 q/ha, avec une amplitude de 5 à 48 q/ha. Les secteurs du nord de Caen finissent en moyenne un peu en dessous de 40 q/ha. Dans le bocage du calvados, la Manche et aux alentours de Sées, Alençon, la fourchette 33-38 q/ha est souvent évoquée. Mais c’est dans l’Orne (Pays d’Argentan, Perche) et certains secteurs de la partie Sud du Calvados (Falaise, Saint-Pierre-Sur Dives, Trun) que la campagne se termine particulièrement mal avec beaucoup d’échecs sous la barre des 25 q/ha.

Dans le Sud de l’Ile-de France (secteurs au sud de Rambouillet, Etampes, Milly-la Forêt), les récoltes s’achèvent plutôt sur de bonnes notes : moyenne comprise entre 34 et 37 q/ha avec une fourchette allant de 15 à 50 q/ha. Plus à l’ouest, dans le secteur Houdan, des récoltes très médiocres sont signalées (15 à 25 q/ha) et une moyenne autour de 27-28 q/ha. C’est mieux en plaine de Versailles (moyenne 35 q/ha avec une forte disparité de 5 à 45 q/ha). Au nord des Yvelines et dans le Val d’Oise, la moyenne semble se situer proche de 30 à 32 q/ha. Certains secteurs au nord de Cergy ont été très impactés par l’année difficile (15 à 25 q/ha).

Les facteurs limitants le potentiel sont divers et variés en 2017-18. Citons les principaux :
  - ravageurs à la levée (altises, limaces) et pucerons verts à l’automne,
  - excès d’eau hivernal,
  - attaques fréquentes et préjudiciables de larves d’altises,
  - gelées tardives accentuant l’effet du facteur cité ci-dessus,
  - dégâts de méligèthes et, de façon plus localisée, charançon de la tige,
  - orages et abats d’eau (neige localement) au printemps ayant pour effet de verser les plantes,
  - échaudage précoce en fin de cycle (problèmes racinaires voire maladies),
  - PMG limité par le sec en juin (petites terres).

Le cumul de plusieurs anomalies ou accidents de parcours a rarement pu être compensé.

 

A noter que de nombreuses parcelles se sont re-salies en fin de parcours (matricaires, laiterons). On a également pu constater des phénomènes de refloraison début juillet provoquant l'émission de nouvelles siliques vertes au moment des récoltes.

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

Régulateur colza

Régulateur colza

Quel risque d'élongation sur votre colza ?

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Tous les outils

Formations

Associer son colza

Associer son colza à des légumineuses : conduite et bénéfice pour la culture et le système de culture


Stratégie durable (Nouveauté)

Quelles stratégies de lutte durable contre les graminées dans les rotations ?


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut