TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Agenda

Baziège (31) - Réunion d'échange - 5 octobre 2018

05 octobre 2018

Durabilité du tournesol et enjeux de la culture du pois chiche dans le Sud-Ouest

Tous les événements

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Construisons ensemble un plan protéines efficace, ambitieux et vertueux"

17 septembre 2018

Paris, le 17 septembre 2018 - Premiers producteurs d'oléo-protéagineux en Europe, les agriculteurs f(...)


Communiqué de presse : "Protéagineux : des rendements stables malgré des conditions climatiques chaotiques "

04 septembre 2018

Paris, le 4 septembre 2018 - Avec des rendements moyens de 40 à 45 quintaux par hectare pour les pro(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Ouest

Conseil protéagineux - Des précisions pour améliorer le chantier de récolte

Julien Charbonnaud (Centre-Val de Loire)

Jean Lieven (Normandie, Ile de France Ouest)

Nina Rabourdin (Bretagne, Pays de la Loire) 

Elodie Tourton (Poitou-Charentes, Vendée, Limousin)

Agathe Penant - Référent Protéagineux Zone Ouest

    

Le 3 juillet 2018

Pois de printemps

remplissage

Lupin d'hiver

gousses remplies

Féverole d'hiver

Rouille

Les fortes chaleurs de ces derniers jours ont lancé le début des chantiers de récolte pour les pois d’hiver, et accéléré le développement des cultures protéagineuses de printemps.

Alors que la récolte des pois d’hiver bat son plein, les tous premiers échos de rendement restent mitigés, allant d’une trentaine à une cinquantaine de quintaux.

Les féveroles d’hiver murissent, leurs gousses noircissent.

Pour les pois de printemps, les stades s’étalent du sud au nord de la zone de maturité (les premières récoltes ont pu avoir lieu en Poitou-Charentes) au remplissage des gousses en Normandie.

Les féveroles de printemps, surtout présentes dans le Nord de la zone, mettent en place leurs gousses.

Les fortes chaleurs de ces derniers jours ont accéléré la fin de floraison des cultures de printemps. Si un temps sec et chaud persiste, le nombre de gousses, de graines par gousse et le PMG pourraient être impactés.

En parallèle, ce temps chaud et sec a permis de stopper le développement des maladies – attention néanmoins à l’explosion possible de la rouille sur féverole de printemps.
Les insectes, bien présents en début de cycle, commencent eux aussi à se faire plus rares dans les parcelles. A noter que des attaques importantes de mouche mineuse nous ont été signalées en Normandie – bien que ces attaques soient spectaculaires, il semble que leur impact sur le rendement reste faible.
   

Evaluer son potentiel de rendement

Même si rien n’est certain avant que cela soit récolté, voici quelques chiffres qui vous permettront d’évaluer votre potentiel de rendement.

Pour rappel, les composantes de rendement du pois protéagineux sont les suivantes :

- Nombre de tiges fructifères par m² (tige portant au moins une gousse remplie)
- Nombre moyen de gousses par tige
- Nombre de graines par gousse
- Poids de mille graines (PMG)

 

Quelques chiffres qui vous permettront d’évaluer à priori le potentiel de votre parcelle :

Objectif de

rendement

(q/ha)

PMG

(g)

Nbre de graines

récoltées

(graines/m²)

Nbre de

plantes/m²

Nbre d'étages

fructifères

Pois d'hiver

(Enduro)

30

180

1500

70

3 à 5

40

180

2000

70

4 à 7

50

180

2500

70

5 à 8

60

180

3000

70

6 à 9

Pois d'hiver

(Fresnel)

30

230

1300

70

3 à 4

40

230

1750

70

5 à 6

50

250

2200

70

6 à 7

60

230

2600

70

6 à 8

Pois de printemps

(Kayanne)

40

250

1600

70

3 à 5

50

250

2000

70

4 à 6

60

250

2400

70

5 à 7

 Attention : en cas de fortes chaleurs, récolter de préférence en matinée avant que les gousses ne deviennent trop déhiscentes et que le risque de casse des graines augmente.

                 

Récolte du pois

La période optimale de récolte du pois peut être très courte selon la température : les fortes chaleurs feront perdre 3 à 5 points d’humidité par jour.
Récolter dès que la teneur en eau des pois atteint 16-17 % d’humidité, afin de limiter la casse des graines et de préserver leur faculté germinative (normes d'humidité du pois =14 %).

Quelques repères visuels
- A maturité de récolte, il reste toujours quelques traces de gousses vertes dans la parcelle ;
- A 20 % d’humidité, la graine se raye à l’ongle ;
- En dessous de 15 % d’humidité, les graines deviennent fragiles et cassants.

 

Source : FNAMS

         

Conduite du chantier

• Si les pois n’ont pas versé, ne posez pas la barre de coupe au sol afin de ne pas ramasser de la terre et des cailloux. Vous pouvez remplacer les diviseurs par une scie à colza en bordure de coupe afin de bien séparer la végétation. 

• Si les pois ont versé, équipez la moissonneuse de doigts releveurs et d’une barre anti-cailloux sur la barre de coupe. Les releveurs, installés tous les 3 doigts (22 cm d’écartement), permettront de relever les pois versés et ainsi de faciliter la récolte. Un sol bien nivelé, ainsi qu’une végétation et un sol secs faciliteront également votre travail.

  

Récolte de la féverole

Malgré une norme commerciale à 14 % d’humidité, il est préférable de récolter dès que la féverole atteint 17-18 % d’humidité pour limiter le pourcentage de graines tâchées ou cassées. Cette récolte « anticipée » peut s’avérer très importante dans un objectif de débouché en alimentation humaine.

Quelques repères visuels
- A partir de 20 % d’humidité dans la graine, la tige de féverole passe de vert-jaune à jaune-marron.
- ATTENTION : ne pas se fier au changement de couleur des gousses qui deviennent noires bien plus tôt (40 % humidité).    

Conduite du chantier
• Aucun matériel spécifique n’est nécessaire pour récolter la féverole. Une coupe avancée type colza, un contre-batteur à maïs et une grille à trous ronds peuvent cependant vous faciliter le chantier.

• Quelques astuces pour limiter la casse des graines :
  - Utilisez un contre-batteur mixte ou à maïs et une grille à trous ronds
  - Utilisez un réducteur de régime afin d’obtenir un régime de batteur assez faible
  - Le serrage de batteur / contre-batteur le plus approprié semble être à 14-15 mm
   

            

Défanage possible pour les situations infestées d'adventices 

Dans les parcelles de pois ou féveroles infestées d'adventices ou avec des parties encore vertes à maturité, le défanage chimique avec 2 à 3 l/ha de RÉGLONE 2 est possible.
Intervenir au moins 5 jours avant la récolte pour respecter le DAR (délai avant récolte) de 4 jours.

      

ATTENTION : pour certains contrats alimentaires et en cas de récolte des pailles pour les animaux, cette technique avec usage de défanant est à exclure.

Publications

Qualité des graines féverole - récolte 2017

Qualité des graines féverole - récolte 2017

Teneur en protéines : niveau très élevé à 29,9%

Qualité des graines tournesol - récolte 2017

Qualité des graines tournesol - récolte 2017

2017 : la qualité est au rendez-vous

Toutes les publications

Outils et services

myVar® web + mobile

myVar® web + mobile

Connaître et choisir ses variétés

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Tous les outils

Formations

Inoculation légumineuses

Inoculation des légumineuses : des connaissances acquises à la pratique


Méthodes de désherbage (Nouveauté)

Méthodes de désherbage durable des oléoprotéagineux


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut