TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Colza non levé ou irrégulier : ne pas se précipiter pour le remplacer !"

28 septembre 2018

Paris, le 27 septembre 2018 – Avec des conditions climatiques difficiles liées à une période de séch(...)


Communiqué de presse : "Nouveau catalogue de formation Arvalis & Terres Inovia"

27 septembre 2018

Paris, le 27 septembre 2018 - ARVALIS – Institut du végétal et Terres Inovia proposent plus de 170 f(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Ouest

Conseil Lupin de printemps - Implanter dans de bonnes conditions

Julien Charbonnaud (Centre-Val de Loire)

Jean Lieven (Normandie, Ile de France Ouest)

Nina Rabourdin (Bretagne, Pays de la Loire) 

Nicolas Peyran (Poitou-Charentes, Vendée, Limousin)

Agathe Penant - Référent Protéagineux Zone Ouest

    

Le 13 février 2018

    

Le fort cumul de précipitations observé sur les mois de décembre 2017 et janvier 2018 rendent actuellement les parcelles impraticables. Il est important d’attendre que les sols soient bien ressuyés pour débuter les semis de lupin de printemps.

          

Implanter un lupin de printemps

• Choix de la parcelle

L’implantation est l’étape clé de la réussite de la culture du lupin. Le choix de la parcelle est primordial ! Le lupin ne tolère pas les sols calcaires : évitez les parcelles contenant plus de 2,5% de calcaire actif.

Préférez des parcelles propres, drainantes (le lupin est très sensible aux excès d’eau), et exemptes de dicotylédones vivaces (liseron, rumex, chardon).

Evitez les limons froids et battants, peu propices à un démarrage rapide de la culture.

Contrairement au pois, le lupin n’est pas sensible à aphanomyces, et peut être cultivé dans des parcelles contaminées sans risque de perte de rendement
          
•  Semez dans un sol aéré et ressuyé

Semez sur un sol bien ressuyé.
Afin de favoriser le bon développement des nodosités, il est important d’obtenir un sol aéré et sans obstacle à l’enracinement sur les 10-15 premiers centimètres. Le lupin a une germination épigée. Limitez au maximum les risques de battance : un état de surface trop fin favorise la formation de croute de battance en cas de fortes pluies post-semis, et est donc à éviter.

Attention aux limaces ! Les limaces peuvent être à l’origine d’une perte importante à la levée.
15 jours avant le semis, mettez en place des pièges à limaces afin d’identifier les espèces présentes et d’intervenir à temps avant qu’elles ne provoquent de dégâts.
            
• Dates et densité de semis

Les dates optimales de semis du lupin de printemps en zone ouest s’étalent entre le 15 février et le 5 mars, et au plus tard le 15 mars.

Le lupin a un cycle long (en particulier pour les variétés tardives*), il est donc impératif de ne pas semer le lupin de printemps trop tard afin d’éviter d’une part une exposition à de plus forts risques d’échaudage au moment de la floraison et du remplissage des graines, et d’autre part d’éviter une récolte trop tardive et risquée en cas de retour de pluies.

Semis précoces : Attention aux secteurs où les gelées tardives aux mois de mars et avril sont fréquentes : elles pourraient pénaliser la culture de lupin en cours de développement.

*5 variétés sont disponibles en lupin de printemps : à noter qu’Energy est la variété la plus tardive, suivie par Figaro et Sulimo (demi-précoces), puis Amiga et Féodora (précoces).

Pour plus d’informations consultez notre synthèse variétale

 

Atteindre un objectif de peuplement de 45 plantes/m²

Variétés

Energy et Sulimo

Amiga, Féodora et Figara

Objectif de peuplement

45 plantes/m²

Densité de semis

50 graines/m²

60 graines/m²

Dose de semis (PMG=330 g)

165 kg/ha

200 kg/ha

 

Semez à 3-4 cm de profondeur. Utilisez un semoir à céréales ou un semoir pneumatique qui vous permettra d'optimiser la répartition et la profondeur d'implantation des graines.

           

• Faut-il inoculer le lupin ?

Contrairement au pois ou à la féverole, Bradyrhizobium lupini, le rhizobium du lupin n’est pas naturellement présent dans tous les sols français.

Pour une parcelle portant du lupin pour la première fois, il est donc conseillé d’apporter un inoculum, afin de garantir la formation de nodosités sur les racines, et par là, la bonne nutrition azotée de la plante et la teneur en protéines des graines.
            
• Fertilisation : pas d’apport d’azote sur le lupin

Comme pour les autres protéagineux, il n’est pas nécessaire d’apporter d’azote sur le lupin : de par sa capacité à noduler, il est capable de fixer l’azote atmosphérique, assurant seul sa nutrition azotée.

Vous pouvez en revanche apporter 30 à 40 unités de phosphore par hectare, et 80 à 100 unités de potasse pour un objectif de rendement de 40 à 50 quintaux/hectare, à raisonner selon votre analyse de sol.

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Réussir sa conversion en bio

Les bases techniques et agronomiques pour réussir les grandes cultures en agriculture biologique


Stratégie durable (Nouveauté)

Quelles stratégies de lutte durable contre les graminées dans les rotations ?


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut