TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Développer les légumineuses : un enjeu mondial pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement"

17 octobre 2018

Toulouse, le 17 octobre 2018 - Rendez-vous incontournable pour l'ensemble des acteurs de la filière,(...)


Communiqué de presse : "Colza non levé ou irrégulier : ne pas se précipiter pour le remplacer !"

28 septembre 2018

Paris, le 27 septembre 2018 – Avec des conditions climatiques difficiles liées à une période de séch(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Ouest

Conseil colza - Comment gérer les pucerons avec le retrait des néonicotinoïdes

Julien Charbonnaud (Centre-Val de Loire)

Jean Lieven (Normandie, Ile de France Ouest)

Nina Rabourdin (Bretagne, Pays de la Loire) 

Elodie Tourton (Poitou-Charentes, Vendée, Limousin)

    

Le 01 octobre 2018

Les conditions météo de septembre ont favorisé l’apparition précoce du puceron sur colza. Les infestations sont très variables d’un secteur à l’autre et d’une parcelle à l’autre. En effet, selon les BSV, le seuil de nuisibilité (20% de plantes porteuses de pucerons) n’est pas atteint en Poitou-Charentes, Pays-de-la-Loire, Bretagne et Ile-de-France. Quelques parcelles l’atteignent en région Centre et Normandie.

Avec le retrait des néonicotinoïdes (Proteus, Horeme V200…), il n’existe plus d’insecticide en végétation efficace sur le puceron vert. Les traitements superflus à base de pyréthrinoïdes et pyrimicarbe sont à bannir du fait des phénomènes de résistance et dans le but de préserver la faune auxiliaire. L’arrivée de variétés de colza résistantes à la jaunisse résout-elle tous les problèmes?

             

Le puceron vert est le plus redouté

Le puceron vert (Myzus persicae) est considéré comme le vecteur de virus le plus efficace. Il est très fréquent et représente le plus grand enjeu dans les bassins de production de colza.
L’analyse du Réseau de Surveillance Biologique du Territoire (RSBT) depuis 2010 a montré qu’en moyenne 40 % des parcelles de colza étaient porteuses de pucerons verts. Ce pourcentage fluctue selon les années et les régions (consultez les derniers BSVde votre région).

     

Résistance forte du puceron vert aux pyréthrinoïdes et au pyrimicarbe

Le puceron vert est le seul des 3 pucerons à manifester des résistances aux pyréthrinoïdes, depuis 1997, et au pyrimicarbe, depuis 2008. Avec le retrait des néonicotinoïdes (Proteus, Horeme V200…), il n’existe plus aujourd’hui de solution efficace à coup sûr en végétation pour lutter contre le puceron vert.

Terres Inovia met tout en œuvre pour que de telles solutions soient à nouveau rapidement disponibles (évaluation, demande de dérogation et autres démarches règlementaires). Consultez fréquemment www.terresinovia.fr.

      

Proscrire les traitements inefficaces sur pucerons !

En l’absence d’alternatives aux pyréthrinoïdes et à l’association pyréthrinoïde + pyrimicarbe (KARATE K), des applications répétées de pyréthrinoïdes pourraient se pratiquer à mauvais escient en particulier pour chercher à lutter contre les pucerons verts. Cette piste est à proscrire car contre-productive : le risque de réduire la régulation naturelle par les auxiliaires sans tuer les pucerons résistants a déjà été démontré (Essai CETIOM, Béziers 2000)

Commentaire graphique : sur les témoins non traités (TNT), la quantité de pucerons commence par augmenter, mais diminue ensuite en raison d'une régulation naturelle par les auxiliaires. Lorsque l'on applique un pyréthrinoïde (pyr1, pyr2, pyr3) sur des pucerons résistants, leur population ne diminue pas. Comme le traitement élimine les auxiliaires, la régulation naturelle est donc nulle. Par conséquent, les pucerons se multiplient plus que dans le témoin non traité.

Avec l'emploi de produits aphicides spécifiques (aph 1 ou aph 2), la population diminue par l'action du produit et reste à un niveau bas. Dans ce cas, seuls les pucerons sont tués, et les insectes auxiliaires sont maintenus. A ce jour, aucun aphicide n'est homologué pour remplir ce rôle.

          

Du bon usage des variétés résistantes à la jaunisse comme alternative aux insecticides

Plusieurs variétés de colza(1) sont dotées d’une capacité à résister partiellement au virus de la jaunisse. ARCHITECT est celle qui a connu un essor significatif depuis son inscription en 2016.Terres Inovia et ses partenaires ont montré que, à la suite d’une infestation de pucerons, cette variété présente 10 fois moins de plantes atteintes par la jaunisse. La « charge virale » est aussi plus faible que pour une variété « classique » et dans les essais les plus fortement touchés, le rendement est significativement moins affecté sur ARCHITECT que sur une variété classique.

Accéder à  la note "Variétés résistantes à la jaunisse" - juin 2018)

En raison du contexte réglementaire et des bonnes performances de rendement qu’offrent certaines de ces variétés, la tentation est grande de recourir exclusivement à ces ressources génétiques.  Il faut rester prudent sur la diffusion à grande échelle de ces variétés dont la résistance à la jaunisse est partielle. En effet, le risque de contournement de cette résistance potentiellement fragile reste à évaluer.
Enfin, ces variétés ne sont pas résistantes aux mosaïques, que l’on retrouve également sur colza, bien que beaucoup plus rarement.

(1) La première variété résistante à la jaunisse Allison est disponible sur le marché français depuis 2015. Architect et Angelico ont été inscrites en France par Advanta, puis les variétés Temptation et Delice ont été inscrites par DSV. Coogan (RAGT) et Smaragd (DSV) sont quant à elles inscrites au catalogue européen.

Effets non intentionnels sur les autres coléoptères ravageurs du colza

Le retrait des néonicotinoïdes aura aussi un impact sur la gestion d’autres ravageurs comme à l’automne les altises ou le charançon du bourgeon terminal ou les méligèthes au printemps. Se priver d’une famille chimique pourrait accentuer la pression sur les solutions restantes moins nombreuses à l’automne. La vigilance devra s’accroître et la mise en œuvre de méthodes préventives en lien avec la qualité de l’implantation du colza seront à rechercher inéluctablement.

 

3 viroses, 3 pucerons

Le puceron vert du pêcher, le puceron cendré du chou, le puceron du navet peuvent coloniser le colza à l'automne. Les dégâts directs dus à leur présence restent exceptionnels mais ces trois pucerons peuvent transmettre des viroses, essentiellement, deux mosaïques et une jaunisse.

 

Observer minutieusement la face inférieure des feuilles de la levée au stade 6 feuilles

Espèce

Photo

Commentaire

Forme aptère

Forme ailée

Pucerons vert du pêcher (Mysus persicae)

Le plus redouté. Fréquent, il se disperse et favorise la transmission des virus TuYV, CaMV et TuMV à un grand nombre de plantes.

Vert, parfois   jaunâtre ou brunâtre ou de teinte rose. Les pattes, les antennes et les cornicules sont plutôt longues
De couleur jaunâtre après la mue.

Vert clair avec plaque sombre sur l’abdomen ; antennes et cornicules longues.



Puceron cendré

du chou (Brevicoryne brassicae)

Relativement peu mobile. Les colonies denses et serrées se développent avec peu de dispersion de proximité (foyers).
Uniquement porteur du virus TuYV mais ne l’inocule pas.
Vecteur et transmetteur des virus CaMV et TuMV.

Produit une sécrétion cireuse cutanée qui recouvre le corps et lui donne un aspect gris-cendré.  Globuleux, pourvus d’antennes, de pattes et de cornicules plutôt courts.

Tête et thorax noirs, abdomen verdâtre, ornés de plaques transversales pigmentées et pourvus de cornicules courts.

Puceron

du navet
(Lipaphis erysimi)

Moins fréquent que le puceron vert du pêcher ou le puceron cendré.
Vecteur et transmetteur occasionnel des virus CaMV et TuMV.

Vert jaune à gris foncé, présence de plaque de cire ; pattes, antennes, cornicules brunâtres ; antennes courtes (environ la moitié du corps)

Gris-vert avec des bandes interrompues sur l'abdomen ; pattes, antennes, cornicules brunâtres ; antennes courtes, inférieures à la longueur du corps

 

 

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

Régulateur colza

Régulateur colza

Quel risque d'élongation sur votre colza ?

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Tous les outils

Formations

Lutte contre les ravageurs

Lutter contre les insectes du colza en utilisant au mieux les outils disponibles


Accidents climat. colza

Reconnaissance et analyse des accidents liés à des événements climatiques sur la culture du colza


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut