TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Rendements protéagineux 2017

Saisissez vos

rendements en protéagineux

(pois, féverole, lupin, lentille

et pois chiche)

(moins de 5 minutes !)

Participer

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Récolte 2017 de céréales à paille, colza et pois : volumes et qualités au rendez-vous"

09 août 2017

Le 8 août 2017 - La récolte de colza et de pois protéagineux s’annonce très satisfaisante en volume (...)


Communiqué de presse : "Moisson 2017 : cultivons nos protéagineux !"

07 août 2017

Paris, le 7 août 2017 - La moisson 2017 va bientôt s'achever et les premiers résultats en pois, nota(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Ouest

Point colza - Des colzas réguliers en pleine floraison

Julien Charbonnaud (Centre-Val de Loire)

Jean Lieven (Normandie, Ile de France Ouest)

Elodie Tourton (Poitou-Charentes, Vendée, Limousin)

Nina Rabourdin (Bretagne, Pays de la Loire)

  

Le 13 avril 2017

Stade G1 du colza

Problème de floraison

Charançon des siliques

                     

Région Centre-Val de Loire

Les parcelles sont relativement belles même pour celles à levée tardive. Une grande majorité des colzas est au stade G1 (chute des 1ers pétales avec les 10 premières siliques inférieures à 2 cm) avec certaines déjà au stade G2 et quelques unes à F1. 

Des soucis de floraison sont observés avec une floraison qui n'arrive pas à s'épanouir. Plusieurs raisons peuvent expliquer ces situations : problèmes de ravageurs (charançon du bourgeon terminal, altise, charançon de la tige, méligèthes), des défauts d'enracinement qui, dans un contexte de sécheresse plus ou moins marquée, pénalisent l'alimentation des plantes et/ou enfin des symptômes de phytotoxicité dus à la rémanence des sulfonylurées. Aucun apport d'engrais ou d'oligoéléments ne peut lever ce genre de problème.

En ce qui concerne les charançons des siliques, les premiers sont observés dans les parcelles mais la période de risque débute au stade G2, stade peu atteint jusqu'à ce jour. Quelques pucerons cendrés sont signalés dans les parcelles. Il faut donc être vigilant, surveillez les colzas les prochaines semaines au vu des conditions climatiques favorables aux ravageurs.

       

Régions Bretagne/Pays de la Loire

Des colzas relativement réguliers qui entament une floraison intense. Les colzas sont en cours de floraison du stade F1 pour les plus tardifs à G2-G3 pour les plus en avance. Le quotient photothermique est favorable en ce début floraison (températures moyennes à élevées avec une offre de rayonnement très favorable). Le manque d’eau commence à se faire sentir sur les parcelles les moins arrosées durant l’hiver jusqu'à la sortie d’hiver et pour les parcelles sur lesquelles l’enracinement pourra être limitant.

L’absence de pluie ne justifie pas une impasse en fongicide à G1. Les conditions climatiques actuelles peuvent poser question sur l’évaluation du risque sclérotinia dans les colzas. Attention à ne pas confondre pluviométrie et humidité dans le couvert. La présence de rosée suffit à générer un risque sclérotinia et justifie une protection positionnée à G1. Le raisonnement peut se faire sur la dose et le type de produit mais il ne faut pas repousser vos interventions. La protection à G1 (chutes des 1ers pétales avec les 10 premières siliques inférieures à 2 cm) reste incontournable même en année sèche. Les maladies de fin de cycle restent pour l’instant discrètes. Les conditions actuelles ne leur sont pas favorables.

Les charançons des siliques souvent présents avant le stade sensible du colza. Avec l’offre climatique (températures au-dessus de 15 à 17°C, vent faible) que l’on a eu ces dernières semaines, les charançons des siliques ont pu être repérés dans les parcelles relativement tôt, avant le stade de sensibilité du colza (à partir de G2). Pour l’instant la pression reste faible à moyenne, mais les conditions climatiques restent favorables au ravageur.

Problèmes à floraison : symptômes rares, mais en connaitre les éventuelles causes. Dans certains secteurs des problèmes de floraison peuvent apparaitre, des boutons qui ne s’ouvrent pas et qui sèchent. Plusieurs éléments ou combinaisons peuvent expliquer ces avortements de boutons, le diagnostic est à réaliser à la parcelle :
  - Pression localement forte en méligèthes : boutons percés et secs
  - Attaques de ravageurs pouvant pénaliser le fonctionnement de la plante : comme des dégâts de charançon de la tige, de larves d’altises ou encore de charançon de bourgeon terminal pour les secteurs concernés
  - Stress hydrique et mauvais fonctionnement de la plante: offre climatique déficitaire en eau, enracinement superficiel limitant, absorption freinée en éléments minéraux
  - Amplitudes thermiques importantes : des gelées matinales encore dans certains secteurs et des températures pouvant atteindre des 23-24°C l’après-midi
  - Rémanence suite à une application de sulfonylurées.

                

Régions Poitou-Charentes/Vendée/Limousin

Les colzas sont à des stades assez homogènes entre G1 (chutes des 1ers pétales avec les 10 premières siliques inférieures à 2 cm) et G2 (les 10 premières siliques comprises entre 2 et 4 cm). Dans l'ensemble, les parcelles sont belles. Les protections fongicides se terminent par le nord de la région.

Présence simultanée de mycosphaerella

(taches B et E) et phoma (tache C)

Prélèvement du 10 avril 2017 (Chambon-17)

Analyses réalisées par le laboratoire de Terres Inovia de Grignon

Localement, des taches parfois assez denses sont observées en bas de végétation (tiers inférieur) avec une confusion d'identification entre phoma et mycosphaerella (voir photos).

Exceptionnellement, le phoma est présent assez haut en végétation. Les explications éventuelles reposent sur une pousse rapide ce printemps donnant une surface de tissus tendres sur lesquels les spores ont pu arriver. La pluviométrie importante de mars a certainement favorisé leur projection depuis les vieilles feuilles de la rosette et/ou les résidus de colza 2016 des parcelles voisines peu dégradés cet automne/hiver. Les amplitudes thermiques parfois importantes entre les gelées matinales et les températures élevées de l'après-midi ont pu provoquer des blessures sur les plantes, laissant des portes d'entrée à la maladie (tube germinatif des spores).

Le mycosphaerella est surtout présent en Charente-Maritime. L'alternance des conditions climatiques chaudes et humides favorise son développement. L'application fongicide à G1 contre le sclérotinia devrait contenir la maladie.

Côté insectes, c'est plutôt calme. Malgré des conditions climatiques chaudes, propices au développement des populations, les charançons des siliques et pucerons cendrés restent sous les seuils de traitement. Les parcelles doivent être sous surveillance. Si les seuils viennent à être dépassés, les auxiliaires sont à prendre en compte avant toute application.

Les premières émergences d'orobanche rameuse sont visibles sur la plateforme d'essais de Terres Inovia. Son apparition est tardive et ne conduit à aucun impact visible sur la végétation pour le moment.

         

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Yara ImageIT

Yara ImageIT

Application mobile - Calcul de biomasse colza par prise de photo

Tous les outils

Formations

Nouvelles technologies (Nouveauté)

Nouvelles technologies en agriculture : principales connaissances


Associer son colza (Nouveauté)

Associer son colza à des légumineuses : conduite et bénéfice pour la culture et le système de culture


Toutes les formations