TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Agenda

Plateforme colza le 14 novembre 2017 - Chaignes (27)

14 novembre 2017

Colza, semis soigné, risque limité

Tous les événements

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Oléo-protéagineux en agriculture biologique : Toute une filière mobilisée pour des cultures à fort potentiel"

19 septembre 2017

Avec des surfaces d’oléo-protéagineux cultivées en agriculture biologique qui progressent de manière(...)


Communiqué de presse "Plateforme Syppre vandalisée à Montesquieu-Lauragais"

22 août 2017

ARVALIS - Institut du végétal, l’Institut Technique de la Betterave et Terres Inovia portent plainte(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Ouest

Conseil féverole - Conditions propices au développement de la rouille



Julien Charbonnaud (Centre-Val de Loire)

Jean Lieven (Normandie, Ile de France Ouest)

Nina Rabourdin (Bretagne, Pays de la Loire)

Elodie Tourton (Poitou-Charentes, Vendée, Limousin)

Agathe Penant - Référent Protéagineux Zone Ouest

    

Le 15 juin 2017

Le développement des cultures et les conditions climatiques actuelles sont propices à l'apparition de la rouille sur féverole. En effet, les températures actuelles, plutôt élevées et supérieures aux températures normales, associées à l'humidité sont favorables au pathogène.

 

 

               

 

 

 

(cliquez sur la carte pour l'agrandir)

 

    

La rouille de la féverole, c’est quoi ?

La rouille est une maladie foliaire de la féverole, provoquée par le champignon Uromyces fabae. La maladie se manifeste sur les feuilles sous forme de pustules de couleur brun rouge auréolées d'une partie plus claire, petites taches ponctiformes qui déchirent l'épiderme à maturité. En l'absence de maîtrise, ces pustules finissent par recouvrir la totalité du feuillage et parfois des tiges, provoquant un dessèchement accéléré des plantes.
La rouille sur féverole est, après le botrytis, la maladie la plus fréquente et la plus préjudiciable à la culture. Ce champignon peut entrainer une forte diminution de rendement, pouvant aller jusqu'à 50 % du potentiel de rendement pour les situations les plus graves. Toutes les zones de production sont susceptibles d'être touchées.

Ce que l'on connaît sur le développement du pathogène

La présence d’humidité et des températures douces de l’ordre de 20°C semblent avoir un impact positif sur le développement de la maladie.

En effet, la réussite de l’infection nécessite la présence d’humidité à la surface de la feuille pendant la phase de germination et de pénétration du pathogène. La durée d’infection dépend de la température. U.viciae-fabae est capable de germer à des températures comprises entre 5-26°C avec un optimum à 20°C.

Une exposition des spores à une température de 30°C donne peu ou pas de germination et provoque une altération de la majorité des urédospores. Une durée d’humectation des feuilles de 4 heures suffit pour avoir une infection.

La germination des spores est également favorisée par la photopériode. Une lumière du jour ou tout autre de source de lumière contenant des infrarouges lointains ou une alternance de périodes sombres et illuminées permettent d’induire une bonne germination des urédospores à 20°C.

Le vent et l’eau jouent un rôle important dans la dissémination du pathogène. Le vent est capable de transporter les urediospores sur de très longues distances (inter-continent) alors que l’eau permet une dissémination plus locale.

Il est donc primordial d'observer les parcelles de féveroles dès à présent, et ce jusqu'au début de la maturité physiologique afin de détecter les premiers symptômes.

La protection doit débuter dès l'apparition des premières pustules et ce, jusqu'à mi-juillet si besoin. Les produits à base de triazole ou d’azoxystrobine montrent une bonne efficacité.

Exemple de stratégie fongicide sur féverole

           

Et quand est-il du pois ? 

La rouille existe aussi sur pois protéagineux,  provoquée par le champignon Uromyces pisi. Cependant, cette maladie est surtout présente en Champagne crayeuse. Elle est peu préjudiciable dans nos régions.

Publications

Qualité des tourteaux de tournesol 2016

Qualité des tourteaux de tournesol 2016

La qualité des tourteaux de tournesol pour l’année 2016 est proche de celle observée les années précédentes.

Qualité des tourteaux de colza 2016

Qualité des tourteaux de colza 2016

La qualité des tourteaux de colza pour l’année 2016 est relativement proche de celle observée l’année précédente.

Toutes les publications

Outils et services

Service CASSIOPEE®

Service CASSIOPEE®

Le conseil stratégique agricole

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Mélanges de produits phytosanitaires

Mélanges de produits phytosanitaires

Mon mélange est-il autorisé ?

Tous les outils

Formations

Cultures de protéagineux

Maîtriser les cultures de protéagineux (pois, féverole et lupin) pour des rotations performantes et durables


Méthodes de désherbage (Nouveauté)

Méthodes de désherbage durable des oléoprotéagineux


Toutes les formations