TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Agenda

RTR Beaune - le 21 novembre 2017

21 novembre 2017

RTR Beaune - le 21 novembre 2017

Beaune - RTR Nord et Est Le 21 novembre 2017

Tous les événements

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Le semis de colza associé à des légumineuses : une des clefs pour l'essor de cette filière bio dans le Sud-Ouest"

17 novembre 2017

Paris, le 16 novembre 2017 – Cultiver du colza en agriculture biologique c’est possible ! En plaçant(...)


Communiqué de presse : "Appel à candidature pour le label Digifermes"

15 novembre 2017

Créé en 2015, le label Digifermes® compte aujourd’hui 3 fermes expérimentales. Il ouvre un nouvel ap(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Ouest

Conseil colza - Premières larves de grosses altises visibles

Julien Charbonnaud (Centre-Val de Loire)

Jean Lieven (Normandie, Ile de France Ouest)

Nina Rabourdin (Bretagne, Pays de la Loire)

Nicolas Peyran (Poitou-Charentes, Vendée, Limousin)

    

Le 26 octobre 2017

Les vols de grosses altises adultes ont débuté vers le 20-25 septembre selon les secteurs de la zone Centre & Ouest. Les conditions climatiques récentes (températures moyennes au-delà des normales saisonnières) sont théoriquement favorables au développement de ce ravageur. Par ailleurs, les premières larves d'altises sont signalées dans les BSV.

La période de surveillance commence dès à présent même si rien ne presse pour la prise de décision, mieux vaut temporiser encore au moins une bonne semaine et surtout s'assurer que le traitement soit bien justifié. En Poitou-Charentes, la période de surveillance a déjà débuté. Des interventions peuvent avoir lieu seulement si le seuil de nuisibilité est atteint.

          

Période de surveillance vis-à-vis des larves : du stade B6 (6 feuilles) jusqu’au décollement de la tige (C2)

Au début de leur vie, les larves sont relativement mobiles et s’introduisent par la face supérieure des pétioles des feuilles. Au gré des conditions, elles poursuivent leur développement pendant l’hiver en minant et se réfugiant dans les pétioles des feuilles.

Un modèle thermique communiqué par Terres Inovia (ci-dessous) permet de simuler le développement larvaire de mieux prévoir la période d'observations.

              

Simulation de l'apparition des stades larvaires

Les cartographies ci-dessous simulent les différents stades larvaires selon la date du début du vol des altises d'hiver adultes. Ces dates sont obtenues à partir des données météorologiques réelles de l'année (données réelles jusqu'au 22/10/2017) complétées par les valeurs moyennes de 1997 à 2016.

(cliquez sur les cartes pour les agrandir)

Stade L1

Stade L2

Stade L3

                        

Observez avant d'intervenir ! Deux méthodes existent

 A partir de maintenant :

- Principe au champ : prélever une 20aine de plantes dans plusieurs endroits de la parcelle. Rechercher d’abord si présence d’orifices, galeries sur les pétioles. Si c’est le cas, couper longitudinalement les pétioles et observer de préférence avec une bonne loupe si des larves y sont logées.

          

- Seuil d'intervention si 70 % de plantes sont porteuses de larves.

- Principe de la méthode Berlese : pour plus de simplicité, cette méthode peut être utilisée de façon assez rapide et permet sans effort de détecter et dénombrer toutes les larves et repérer les stades larvaires (L1 pour les plus jeunes larves, puis L2 et L3 au fur et à mesure de leur croissance).

             

- Seuil d'intervention : si 2-3 larves en moyenne par plante.

Vidéo sur la méthode Berlese

 

Bien distinguer le type de larves

Mise en garde : d'autres larves (ou asticots) que celle de la grosse altise peuvent être observées avec ces méthodes. Pour faire un bon diagnostic, il ne faut pas confondre les différentes larves §

Une observation attentive à la loupe des larves permet de facilement identifier les deux principales larves visibles actuellement. Les larves de grosses altises ont 3 paires de pattes et les 2 extrémités colorées. Les diptères sont des asticots sans pattes.

Larve de mouche du chou

Larves de diptères

Larves de grosse altise

Taille

5 mm

5 mm

2 mm au stade L1

4 mm au stade L2

6 à 9 mm au stade L3

Forme

larve dodue

larve allongée

larve allongée + paires de pattes

Nuisibilité

faible à moyenne

faible

moyenne à forte

     

Astuce : n’oubliez pas de couper les racines des pieds de colzas pour faire vos tests Berlese, vous limiterez ainsi la présence des larves autres que celles de la Grosse Altise, comme celle de la mouche du chou par exemple.

A gauche : larve de grosse altise au stade L1

A droite : larve de diptère

 

Intervenir à l'automne lorsque le seuil d'intervention est atteint

Pour être efficace, l’intervention chimique doit être positionnée à l'automne, après avoir « fait le plein », sur les stades larvaires sensibles (L1 et L2), c'est-à-dire lorsque les larves sont encore mobiles. Compte-tenu du contexte, il n’est pas impossible que le délai de prise de décision soit raccourci car il sera important de ne pas rater le coche pour les larves issues des premiers accouplements (autour du 20-25 septembre). Les applications « en pompier » de sortie hiver sont rarement justifiées car le produit n’atteint pas les larves plus âgées qui séjournent dans les pétioles depuis longtemps.

Attention : les traitements déjà réalisés sur les adultes sont inefficaces pour contrôler les infestations larvaires. La meilleure stratégie vise à intervenir directement sur les larves.

Complément : un traitement d'entrée hiver (fin octobre - début novembre) visant par exemple le charançon du bourgeon terminal est généralement efficace sur larve d'altise.   

Afin de limiter le développement rapide des résistances, adopter les bonnes pratiques agronomiques et de choix de produits :
 Note "Conseil stratégique de protection du colza à l’automne 2017 contre les insectes" (PDF 160 Ko)

              

Avec quoi intervenir si nécessaire ?

De préférence BORAVI WG, si le produit est disponible, ou avec une association de substances actives pyréthrinoïde + chlorpyriphos (DASKOR 440/PATTON M) pour limiter les phénomènes de résistance aux pyréthrinoïdes. Les pyréthrinoïdes conservent une efficacité sur larves d’altise (en moyenne 50 % d’efficacité avec une variabilité de 25 à 75 % selon les mécanismes de résistances en jeu). Les chlorpyriphos seuls ne sont pas suffisants pour maîtriser les attaques larvaires.
Dans tous les cas, appliquez si possible, en conditions favorables à l'activité des larves et à leur déplacement (T° moy > 7°C).

Les produits utilisés depuis le début de campagne (altises adultes, pucerons, charançon du bourgeon terminal) peuvent limiter le choix des produits possibles pour la lutte contre les larves d’altises

En savoir plus sur les produits homologués

Publications

Qualité des tourteaux de tournesol 2016

Qualité des tourteaux de tournesol 2016

La qualité des tourteaux de tournesol pour l’année 2016 est proche de celle observée les années précédentes.

Qualité des tourteaux de colza 2016

Qualité des tourteaux de colza 2016

La qualité des tourteaux de colza pour l’année 2016 est relativement proche de celle observée l’année précédente.

Toutes les publications

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Régulateur colza

Régulateur colza

Quel risque d'élongation sur votre colza ?

Tous les outils

Formations

Fertilisation raisonnée colza

La fertilisation azotée du colza : impact sur la production, besoins de la plante, apports


Culture du colza

Les bases de la culture du colza


Toutes les formations