TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Développer les légumineuses : un enjeu mondial pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement"

17 octobre 2018

Toulouse, le 17 octobre 2018 - Rendez-vous incontournable pour l'ensemble des acteurs de la filière,(...)


Communiqué de presse : "Colza non levé ou irrégulier : ne pas se précipiter pour le remplacer !"

28 septembre 2018

Paris, le 27 septembre 2018 – Avec des conditions climatiques difficiles liées à une période de séch(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Espaces régionaux / Messages techniques / Régions Nord et Est

Conseil colza - Grosse altise : observer pour adapter sa stratégie au contexte parcellaire


 

M. Geloen (Bourgogne-Franche-Comté)


Le 05 octobre 2018

Un insecte – 2 ravageurs

La grosse altise est aujourd’hui l’insecte à surveiller sur colza. Elle est d’autant plus importante à suivre qu’elle présente une double menace pour la culture :

 De la levée au stade 4 feuilles : sous forme d’adulte, les grosses altises s’alimentent sur les cotylédons ou les jeunes feuilles en réalisant de petites morsures perforantes ou non, de 1 à 2 mm. Ces morsures pénalisent fortement le développement des plantes voire entrainent des disparitions de pieds.

La lutte contre l’adulte est envisagée quand la survie de la culture est en jeu. Elle est raisonnée en fonction des dégâts foliaires et non selon le nombre de captures dans les pièges enterrés.

Le seuil de traitement adultes est de 8 pieds sur 10 avec des morsures si le stade 4 feuilles n’est pas atteint. En cas de levée tardive (> 1er octobre), le seuil est abaissé à 3 pieds sur 10 avec des morsures (cf BSV du 03/10/18).

Durant la période automne – hiver : sous forme de larves, la grosse altise mine les pétioles des feuilles et peut atteindre, en sortie hiver, le bourgeon terminal, ce qui entraine sa destruction. La réalisation de suivis larvaires grâce à la méthode Berlèse permet de bien positionner le traitement insecticide.

Les 2 formes (adultes et larves) doivent donc se raisonner indépendamment ! Nous vous présentons le contexte 2018 et les stratégies à mettre en œuvre en fonction de votre situation.

 

Piqûres de grosses altises (photo : G. JOLLY – Terres Inovia)

Un vol localement très important

Le déclenchement du vol de la grosse altise est conditionné par des variations de températures et est observé en général fin septembre. En effet, après une chute de la température, le vol est enclenché à l’occasion d’un réchauffement, c’est-à-dire lorsque la température maximale sous abri dépasse les 20°C. Ces conditions ont été observées du mercredi 26 septembre au dimanche 30 septembre. Les relevés de cuvettes jaunes dans le cadre du BSV ont confirmé ces éléments.

Le Tonnerois (89) et le nord Côte d’Or (21) sont les plus touchés : jusqu’à plus de 600 captures de grosses altises par cuvette ! Rappelons que nous n’avons aujourd’hui mis en évidence aucune relation entre la présence d’adultes et les dégâts liés aux larves.

Le raisonnement de la lutte contre les adultes ne se fait pas sur le nombre de captures dans les cuvettes enterrées mais sur les dégâts foliaires.

 

Des colzas très hétérogènes à l’automne 2018

L’analyse de risque grosses altises adultes, se fait entre-autres, au regard de plusieurs critères relatifs à la culture.

Le stade des colzas : en raison de la diversité des dates de semis et des épisodes pluvieux, l’état végétatif des colzas est très hétérogène. Les stades vont de « levée en cours » à « 8 feuilles », y compris au sein d’une même parcelle !

La croissance des plantes : le manque d’eau a limité la croissance des plantes, si bien que nous observons, cette année, des feuilles plus petites que la moyenne. Cet état rend la plante plus sensible aux attaques d’insectes. De plus dans un contexte de temps peu poussant, nous observons des colzas pour la plupart « bloqués », qui évoluent peu en stade depuis 2 semaines. Les conditions climatiques annoncées pour les prochains jours seront peu favorables à la croissance des colzas (épisode de pluie en début de semaine prochaine à confirmer).

Les plantes compagnes poussent lentement dans le sec (des disparitions de pieds de plantes compagnes ont été notées). Dans beaucoup de situations (semis après le 10 août), la croissance des légumineuses associées ne sera pas suffisante pour avoir un effet sur les insectes d’automne.

Dans ce contexte de plantes plus sensibles / fragiles à la présence de ravageurs, il convient de bien suivre les règles de décision.

Dans quelques parcelles, la survie de la culture n’est pas encore garantie (peuplement très hétérogène, pression adventices et ravageurs importants, …).

Une stratégie de gestion des insectes à adapter

Compte tenu du caractère exceptionnel des conditions climatiques de l’automne 2018, il est difficile de prendre une décision pour déclencher ou non le traitement insecticide contre les altises adultes. L’observation des dégâts dans les parcelles est primordiale. C’est leur fréquence et leur intensité sur les plantes qui va aider à déclencher les interventions insecticides.  Nous l’avons vu plus haut, la stratégie à adopter va dépendre du stade de la culture, de sa dynamique de croissance et des dégâts foliaires observés.

Plusieurs situations sont possibles :

Les premières captures de charançons du bourgeon terminal sont signalées dans quelques parcelles. Dans les secteurs fortement touchés par les dégâts de grosses altises, il est illusoire d’attendre pour ne réaliser qu’un seul traitement contre les 2 insectes. La priorité sera donnée aux interventions contre les adultes de grosses altises et ainsi limiter leur impact négatif sur la croissance et/ou le peuplement. Une intervention spécifique contre le charançon du bourgeon terminal sera réalisée au pic de vol (suivre le BSV) avec un insecticide adapté (DASKOR 440 par exemple).

 

Traiter la nuit et visiter régulièrement ses parcelles

Une fois installées sur les parcelles, les grosses altises ont essentiellement une activité nocturne. Intervenir en soirée ou en début de nuit permet d’obtenir une meilleure efficacité des insecticides. Le volume d’eau doit être au minimum de 150 l/ha pour optimiser la qualité de la pulvérisation et le contact du produit avec les insectes.

 

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

Régulateur colza

Régulateur colza

Quel risque d'élongation sur votre colza ?

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Tous les outils

Formations

Lutte contre les ravageurs

Lutter contre les insectes du colza en utilisant au mieux les outils disponibles


Accidents climat. colza

Reconnaissance et analyse des accidents liés à des événements climatiques sur la culture du colza


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut