TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Agenda

RTR Beaune - le 20 novembre 2018

20 novembre 2018

RTR Beaune - le 20 novembre 2018

Beaune - RTR Nord et Est Le 20 novembre 2018

Tous les événements

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Construisons ensemble un plan protéines efficace, ambitieux et vertueux"

17 septembre 2018

Paris, le 17 septembre 2018 - Premiers producteurs d'oléo-protéagineux en Europe, les agriculteurs f(...)


Communiqué de presse : "Protéagineux : des rendements stables malgré des conditions climatiques chaotiques "

04 septembre 2018

Paris, le 4 septembre 2018 - Avec des rendements moyens de 40 à 45 quintaux par hectare pour les pro(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Colza / Cultiver du colza / Colza : ravageurs

Pucerons, vecteurs de viroses

Variétés résistantes à la jaunisse : une voie efficace

26 juin 2018

Avec le retrait annoncé des néonicotinoïdes, seule solution utilisable sur un puceron vert résistant à de nombreux insecticides, l’arrivée de variétés de colza résistantes à la jaunisse (virose la plus fréquente sur colza) tombe à pic mais suscite tout de suite de nombreuses questions.

Lire la note

Le puceron cendré du chou, le puceron du navet et le puceron vert du pêcher peuvent coloniser sur le colza à l'automne. Les dégâts directs dus à la présence de ces insectes dans les cultures restent exceptionnels mais ces trois pucerons peuvent transmettre des viroses, essentiellement, deux mosaïques et une jaunisse.

3 viroses peuvent affecter le colza

 

TuYV Turnip Yellowing Virus, virus de la jaunisse du navet est transmis par le puceron vert. Bien que fréquent, il est peu nuisible à la parcelle. La  nuisibilité de la jaunisse est évaluée indirectement via la lutte contre les pucerons vecteurs. Le symptôme de jaunissement internervaire peut passer inaperçu à l’automne et être difficilement décelable en l’absence de témoin sain.  Sur une synthèse de 15 essais depuis 2010, le traitement antipucerons a permis un gain de 2-3 q/ha mais cette perte peut être beaucoup plus importante allant jusqu’à 10 q/ha et n’être visible au printemps que par  comparaison avec un témoin traité (réduction taille et moins de  siliques).

CaMV Cauliflower Mosaïc Virus, virus de la mosaïque du chou-fleur et TuMV Turnip Mosaïc Virus, virus de la mosaïque du navet sont transmis par les pucerons verts et cendrés. Leur nuisibilité est importante mais ils sont moins fréquents.Les symptômes des mosaïques peuvent être violents : perturbations en montaison, tiges déformées mais aussi décolorations, rougissement et avortement  des siliques.

Le puceron vert du pêcher

(Myzus persicae)

Les pucerons verts s'installent sur la face inférieure des feuilles et sur les petites feuilles en formation au centre de la rosette (agrandir).

Le puceron vert, capable de transmettre les 3 virus, est le plus redouté. Fréquent dans les parcelles, il a tendance à se disperser et favorise la transmission des virus à un grand nombre de plantes. Les pertes peuvent s'élever de 8 à 10 q/ha tout en passant inaperçues en végétation.

Observer minutieusement la face inférieure de l'ensemble des feuilles du colza.

Sensibilité maximale par rapport aux viroses : jusqu'au stade 6 feuilles inclus ou 6 semaines de végétation.

Seuil d'intervention : présence de pucerons (toutes espèces) sur 2 pieds sur 10.

Le puceron vert est le seul des 3 pucerons à manifester des résistances aux pyréthrinoïdes et au pyrimicarbe.

Les néonicotinoïdes sont la seule famille qui reste efficace en toutes régions contre les pucerons verts à l’automne. Ils doivent donc être réservés exclusivement pour cet usage. Il est conseillé de traiter le puceron à l’automne sur colza avec un néonicotinoïde seul. Les associations néonicotinoïdes + pyréhrinoïdes sont à réserver aux seules situations où il y a concomitance entre la présence du puceron et d’un autre ravageur, le pyréthrinoïde n’ayant aucune efficacité sur pucerons verts. 

Avec le retrait annoncé des néonicotinoïdes au 1er septembre 2018 (prolongation de très courte durée si acceptation dérogation), Terres Inovia met tout en oeuvre pour que de nouvelles solutions soient rapidement disponibles (évaluation, démarches règlementaires...). Consultez fréquemment cette page et inscrivez-vous à la newsletter pour bénéficier des dernières informations.

Le puceron cendré du chou

(Brevicoryne brassicae)

Les pucerons cendrés aptères, jaune-verdâtre à la mue, prennent ensuite une coloration grisâtre, donnée par une sécrétion abondante de cire pulvérulente qui couvre rapidement tout le corps de l'insecte. Le puceron tend à présenter une coloration générale grise uniforme.

Regroupés en colonies serrées, leur nuisibilité directe est généralement faible à l'automne, même s'ils peuvent tuer des plantes au stade rosette. Il n’a pas été mis en évidence de phénomène de résistance de ce pucerons aux aphicides à ce jour en France.

Insectes de printemps, Le puceron cendré du chou

 

Le puceron du navet

(Lipaphis erysimi)

 1 2 3

1. Colonie d'aptères (agrandir)

2. Aptère plus âgé, recouvert de cire (agrandir)

3. Forme ailée (agrandir)

Ce ravageur des crucifères qui sévit un peu partout dans le monde est particulièrement redouté en Asie. Les pucerons du navet aptères présentent une coloration jaune-verdâtre qui tend à devenir olivâtre lorsque le corps se couvre d'une couche de cire compacte qui s'accumule surtout dans les parties creuses de l'enveloppe externe du corps.

Ce puceron est rencontré sur colza mais est beaucoup moins fréquent que le puceron vert et le puceron cendré.

Certains individus L. erysimi peuvent transmettre les virus  de la mosaïque du navet (TuMV)) et de la mosaïque mosaïque du chou-fleur (CaMV)).

Une arrivée récente des variétés résistantes sur le marché français

La  première  variété  résistante  à  la  jaunisse  est  disponible  sur  le  marché  français  depuis  2015. Architect et Angelico ont été inscrites en France par Advanta, puis les variétés Temptation et Delice ont  été  inscrites  par  DSV.  Allison  (Advanta), Coogan (RAGT) et  Smaragd  (DSV) sont  quant  à  elles inscrites au catalogue européen.

Attention : Ces variétés sont résistantes à la jaunisse mais pas aux 2 mosaïques qui peuvent également affecter le colza.
Les premiers résultats obtenus avec la variété Architect sont encourageants : cette variété présente moins de plantes atteintes par la jaunisse et la charge virale est plus faible que pour une variété « classique ». Il est encore trop tôt pour conclure sur la possibilité de ne pas traiter les variétés partiellement résistantes et dans quelles situations.

Il faut également rester prudent -et la tentation est grande en raison des bons résultats de la variété Architect dans les essais Terres Inovia 2017 (www.myvar.fr)- sur la diffusion à grande échelle de cette ressource génétique présentant une résistance partielle à la jaunisse.

En effet, le risque de contournement de cette résistance potentiellement fragile reste à évaluer.
Cette  résistance partielle disponible apporte une sécurité au producteur. Sachons la préserver.

Outils

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Tous les outils

Formations

Travail du sol colza

Travail du sol et implantation : jusqu'où innover pour réussir son colza ?


Colza en production de semences

La conduite du colza en production de semences


Toutes les formations