TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Agenda

Plateforme colza le 14 novembre 2017 - Chaignes (27)

14 novembre 2017

Colza, semis soigné, risque limité

Tous les événements

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Oléo-protéagineux en agriculture biologique : Toute une filière mobilisée pour des cultures à fort potentiel"

19 septembre 2017

Avec des surfaces d’oléo-protéagineux cultivées en agriculture biologique qui progressent de manière(...)


Communiqué de presse "Plateforme Syppre vandalisée à Montesquieu-Lauragais"

22 août 2017

ARVALIS - Institut du végétal, l’Institut Technique de la Betterave et Terres Inovia portent plainte(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Colza / Cultiver du colza / Orobanche ramosa

Orobanche ramosa : lutte

Questionnaire orobanche

Saisissez en ligne les parcelles dans lesquelles vous avez identifié de l'Orobanche ramosa.

Un questionnaire simple et rapide pour ajouter vos parcelles touchées à notre base de surveillance.

 Saisir une parcelle

Limiter l'extension de l'orobanche

Actuellement, il n'existe pas de solution efficace pour continuer le colza dans les parcelles très infestées.

Depuis plusieurs années, Terres Inovia assure un suivi de la zone d’extension du parasite, en collaboration avec plusieurs partenaires (dont les Chambres d’agriculture des Deux-Sèvres, de Vendée et de l’Aube), l’ANITTA (Association nationale interprofessionnelle et technique du tabac, devenue Arvalis-Institut du végétal). Ce travail de surveillance est réalisé depuis 2010 grâce à une enquête en ligne, présentée ci-dessus.
L’orobanche rameuse est présente principalement dans l’Ouest de la France, en Poitou-Charentes et en Vendée. Elle est également détectée de plus en plus régulièrement dans le Nord-Est de la France (et notamment dans l’Aube, essentiellement sur chanvre et sur quelques parcelles de colza). Elle est trouvée de façon très localisée sur quelques parcelles, parfois très infestées dans le Sud-Ouest (32, 46, 81) ou le Sud-Est (04). Se reporter à l’enquête en ligne pour le détail.

En savoir plus  : Carte des communes touchés

(données d'enquêtes depuis 2005)

Face au risque d'infestation croissante des parcelles par ce parasite, le Terres Inovia et ses partenaires en région préconisent un plan de prophylaxie et de lutte pour limiter l'expansion du parasite, abaisser son stock grainier dans les sols, et limiter sa nuisibilité sur les cultures.

Au niveau de la culture

• Allonger les rotations au maximum pour faire revenir le colza moins souvent. Le melon, le tabac, le chanvre et, dans une moindre mesure, le tournesol, doivent être exclus car ce sont des cultures sensibles multiplicatrices du parasite. Dans la rotation, utiliser si possible des cultures dites « faux hôtes» (germination des graines, mais pas de développement du parasite) comme le lin, le maïs, le pois ou le sorgho.

• Certaines variétés de colza montrent une moindre sensibilité au parasite (voir l'outil myVar).

• Attention aux semences de ferme issues de parcelles contaminées, toujours susceptibles, même de façon invisible, de disséminer le parasite.

• Réduire la densité de semis (25-30 plantes/m2) : les plantes les plus développées supportent mieux la compétition.

• Préférer les semis de début septembre. Les semis trop précoces favorisent une installation plus rapide de l’orobanche. Adapter en fonction  des autres problématiques (ex.: insectes).

• Soigner le désherbage : de nombreuses adventices (géranium, gaillet…) sont des hôtes de l’orobanche et contribuent à sa multiplication.

• Nettoyer les outils après un travail sur une parcelle infestée pour éviter de propager les graines.

• Eviter le passage de matériels agricoles de parcelles infestées vers des parcelles saines, notamment au moment de la récolte du colza.

• Toute production de semences de colza sur une parcelle infestée n’est pas conseillée afin d'éviter un risque de dissémination supplémentaire.

Au niveau de l’interculture

• Bien qu'il soit très important, cherchez à abaisser le stock de graines d’orobanche en favorisant les repousses de colza durant au moins 1 mois.

• Eviter le broyage des résidus de colza : ceci assure une dissémination dans l’air des graines (de la taille des poussières).

• Ne pas utiliser les pailles de colza en litière ou en fourrage pour les animaux si les parcelles sont touchées par l'orobanche. La récupération des pailles et leur transport sont un risque supplémentaire de dispersion de l'orobanche vers des secteurs indemnes à ce jour.

       

Des variétés à bon comportement

Terres Inovia s'intéresse à la fois à la tolérance/résistance variétale (screening et identification des mécanismes) et à la lutte chimique.
Le screening variétal mené depuis 2006 met en évidence un comportement différent entre variétés. Cependant, aucune variété n’est indemne d’orobanche.

Connaître le comportement des variétés vis à vis de l'orobanche

Outil myVar - Connaître et choisir ses variétés

Classement des variétés de 2006 à 2017 (PDF 330 Ko) - Résultat du screening variétal Terres Inovia en situation d'orobanches.

     

Lutte chimique et variétés CLEARFIELD®

• Certaines variétés de colza CLEARFIELD® montrent une moindre sensibilité à l’orobanche.

En situations modérément infestées (exemple : ronds marqués) : utilisez une variété CLEARFIELD® à bon comportement face à l’orobanche. Utilisez CLERANDA ou CLERAVIS 2 l/ha + DASH HC 1 l/ha au stade 6-8 feuilles. Cependant, pour un bon contrôle des mauvaises herbes (compte tenu de l’application tardive), un herbicide en présemis ou en prélevée est fortement recommandé. Sinon, selon la flore présente, l’utilisation d’un programme de post-levée (IELO) reste possible pour compléter le spectre du pré/post-semis.

En situations très fortement infestées, où la culture de colza n’y est plus possible : il n’y a pas de solution satisfaisante actuellement.

En savoir plus : myVar, l'outil de Terres Inovia pour connaître et choisir ses variétés

Projet CASDAR « stock orobanche » (2010-2013)

Un partenariat regroupant Terres Inovia, le laboratoire de biologie et de pathologie végétale (LBPV) de l’université de Nantes et les Chambres d’agriculture de Vendée (CA85) et des Deux-Sèvres (CA79) s’est formé pour tenter d’apporter des nouveaux éléments sur la problématique "orobanche rameuse".

L’objectif de ce projet consistait à mieux cartographier le parasite en France et à quantifier l’efficacité de pratiques culturales susceptibles de réduire le stock grainier de l’orobanche.

Au cours de ce projet, nous avons pu :

•    créer une enquête en ligne sur le site de Terres Inovia, qui a permis de mieux appréhender les différents foyers d’infestations;

•    identifier trois types génétiques (I, II et III) de l’orobanche sur le territoire français, avec une quasi-exclusivité du type I dans l’Ouest et une dominance du type II dans le Nord-Est;

•    tester des pellicules de colza comme moyen de lutte, et dont l’évaluation au champ a montré des résultats d’efficacité relative;

•    évaluer le comportement d’espèces adventices (76) et cultivées (34) sous infestation artificielle, dont l’évaluation de certaines au champ. Ceci a permis d’identifier les espèces susceptibles de multiplier l’orobanche, mais aussi d’identifier certaines espèces cultivées non-hôte ou faux-hôte, potentiellement capables de réduire le stock grainier au champ.

En savoir plus :

Article dans la revue "Innovations agronomiques" (PDF 640 Ko)

Recueil du colloque l'orobanche rameuse 2013 (PDF 3,4 Mo).

Publications

Qualité des tourteaux de colza 2016

Qualité des tourteaux de colza 2016

La qualité des tourteaux de colza pour l’année 2016 est relativement proche de celle observée l’année précédente.

ARVALIS & Terres Inovia infos 2017

Automne 2017 : intervenir en temps et en heure

Toutes les publications

Outils

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

Tous les outils

Formations

Principaux auxiliaires

Les principaux auxiliaires en grandes cultures : écologie et reconnaissance


Accidents climat. colza

Reconnaissance et analyse des accidents liés à des événements climatiques sur la culture du colza


Toutes les formations