TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Agenda

RTR Beaune - le 21 novembre 2017

21 novembre 2017

RTR Beaune - le 21 novembre 2017

Beaune - RTR Nord et Est Le 21 novembre 2017

Tous les événements

Rendements protéagineux 2017

Saisissez vos

rendements en protéagineux

(pois, féverole, lupin, lentille

et pois chiche)

(moins de 5 minutes !)

Participer

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Oléo-protéagineux en agriculture biologique : Toute une filière mobilisée pour des cultures à fort potentiel"

19 septembre 2017

Avec des surfaces d’oléo-protéagineux cultivées en agriculture biologique qui progressent de manière(...)


Communiqué de presse "Plateforme Syppre vandalisée à Montesquieu-Lauragais"

22 août 2017

ARVALIS - Institut du végétal, l’Institut Technique de la Betterave et Terres Inovia portent plainte(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Colza / Cultiver du colza / Colza : maladies

Hernie des crucifères

Fréquence de la maladie

Gravité pour la culture

peu fréquente

moyen.fréquente

fréquente

- Pertes de quelques quintaux à la destruction complète de la culture

- Incidence sur la qualité des récoltes : baisse de la teneur en huile

présence de chlorophylle dans les graines pouvant provoquer des difficultés de raffinage de l'huile.

 Les solutions et leur efficacité

choix variétal

bonne

lutte fongicide

nulle

lutte agronomique

moyenne

lutte biologique

nulle

Questionnaire hernie

Un questionnaire simple et rapide pour ajouter vos parcelles touchées à la base de surveillance du Terres Inovia. 

 Saisir une parcelle

La hernie est observée sur colza depuis plus de 30 ans, particulièrement en sols hydromorphes, battants et acides.
Une fois installée, la maladie est très persistante dans le sol. Le retour fréquent du colza dans la rotation mais aussi l'implantation de crucifères comme CIPAN (culture intermédiaire piège à nitrate) et un mauvais désherbage (crucifères) accentue la gravité des attaques.

Il n'existe pas de méthode de lutte chimique.

 

Chaulage, allongement de la rotation et choix variétal

La hernie se développe dans les sols limoneux à pH faible ou acide, et peu ou pas dans les sols calcaires. Il existe en effet une corrélation positive entre la réceptivité des sols et l'intensité de l'attaque d'une part et le pH des parcelles d'autre part.

Si le sol est acide, le chaulage (à appliquer après la récolte du colza), couplé à l'allongement de la rotation du colza, permet dans certains cas de réduire la gravité du problème en corrigeant ou améliorant le pH du sol. Diviser par 2 la fréquence des crucifères dans la rotation a le même effet, vis à vis de l'intensité des attaques de hernie, qu'une augmentation rapide du pH de 0,5 point.

Le chaulage a également des effets bénéfiques sur le fonctionnement d'autres cultures de la rotation en améliorant la structure des sols.

 

Caractérisez votre situation

  

Il est très important de limiter l'extension du problème aux autres parcelles de l'exploitation (terre contaminée) par nettoyage des outils et du tracteur, au jet d'eau ou au jet d'eau sous pression (type Karcher).

La mise en culture d'une variété résistante - Cracker (Semences de France), Andromeda (Advanta) et SY Alister (Syngenta) - reste la voie la plus efficace pour assurer un haut niveau de production. Aucune variété dite "résistante" ne permet de lutter contre le pathotype dit P1+, dont la présence est observée dans plusieurs parcelles en France.

Il est conseillé de ne pas cultiver ces variétés plus d'une année sur quatre sur la même parcelle pour limiter le risque de contournement de cette résistance.

Mélanger 20 à 30% d'une variété sensible à une variété résistante permet de réduire la pression de sélection sur la hernie et donc le risque d'apparition de pathotypes agressifs.

Il est fortement déconseillé d'introduire des CIPAN à base de crucifères dans les rotations avec colza sur les parcelles touchées par la hernie.

     

Le test du chou chinois

 Votre sol est-il contaminé par la hernie ?

Un diagnostic à réaliser de début avril jusqu'à la fin août.

Faites 4 à 5 prélèvements de terre par zone homogène de la parcelle sur 30 cm de profondeur.

Mélangez le tout et remplissez 10 pots d’environ 1 l par parcelle testée.

Semez 40 à 50 graines de chou chinois Brassica campestris pekinensis, de la variété « Granaat » (que vous pouvez trouver en graineterie ou jardinerie). Eclaircissez si nécessaire à la levée.

Humidifiez les pots et gardez la terre humide.

Après 6 à 8 semaines de croissance, arrachez les plantules et observez la présence ou non de galles sur les racines. 

Haut de page

 

Une maladie en extension

La hernie des crucifères n’est pas encore considérée comme l’une des maladies majeures du colza : la majorité des sols, notamment les sols calcaires, sont en effet très peu réceptifs. En France, moins d’1/5 des sols seraient exposés, avec des disparités régionales.
Toutefois, elle semble progresser régulièrement dans les parcelles à pH acide, principalement dans celles qui sont conduites en rotations courtes.
Les premiers foyers de hernie sur colza en France ont été détectés dans les années 80. La maladie s’est ensuite étendue vers des régions fortement productrices de colza (Centre, Bourgogne, Lorraine, Poitou-Charentes) et de crucifères légumières (Bretagne). La hernie continue de se développer et est apparue récemment dans de nouvelles zones, notamment dans le Centre (Eure et Loir), en Ile de France (Yvelines) et en Normandie.

Nuisibilité

L’incidence de la hernie sur le rendement dépend de la date et du degré de contamination. Sa nuisibilité peut être forte localement, allant de la perte de quelques quintaux jusqu’au retournement de la parcelle, dans le cas d’une attaque précoce et intense.

La hernie entraîne également une perte d'huile (perte allant jusqu'à 3 points entre une parcelle infectée et une parcelle saine pour la même variété).

Différents pathotypes

6 pathotypes sur 8 (P1 à P6) ont été identifiés en France à travers un échantillonnage de sol/galles mené en 2011 et 2012. Leur proportion était variable, avec le plus souvent P1 (le plus agressif) et P2. Ce travail collaboratif a été mené de 2011 à 2013 entre le GEVES (coordinateur), Terres Inovia, l’INRA-IGEPP, NPZ, Syngenta, Serasem, Limagrain Europe, Ucata.

Les pathotypes P1, P2 et P3 sont susceptibles d’attaquer de façon non systématique la variété Mendel, et d’autres variétés ayant des sources de résistance similaire.

Mendel, qui n'est plus commercialisée, est une variété résistante à la hernie de référence, à tous les pathotypes définis selon une gamme d’hôtes différentiels.

Ces résultats ont conduit à rebaptiser les pathotypes (P1 et P2) selon leur capacité à contourner (P1+, P2+…) ou non (P1-, P2-…) la variété Mendel. Ces travaux montrent que l’hétérogénéité est davantage présente entre parcelles qu’entre secteurs géographiques.

Le GEVES propose actuellement une prestation pour caractériser le ou les pathotypes présent(s) sur laparcelle, y compris ceux qui contournent la résistance de Mendel.

En savoir plus : découvrez toutes les variétés dites résistantes sur myVar

En savoir plus : le GEVES

      

Symptômes et biologie

 1  2  3

1. Galles racinaires de hernie (agrandir).
2. Coupe de galle de hernie : l’intérieur est plein, blanchâtre avec des marbrures brun-noir (agrandir).
3. Ne pas confondre avec les galles de charançon gallicole, creusées de galeries à l'intérieur desquelles on peut observer des larves. Le pivot est normal (agrandir).

  

Appareil végétatif
Les symptômes observés sur les parties aériennes vont du flétrissement temporaire du feuillage, au cours de chaudes journées, à un défaut de croissance et à un rougissement des plantes infectées. Avant l’apparition des symptômes sur feuilles, la maladie peut déjà avoir progressé considérablement dans les racines.


Hypertrophies (ou galles) racinaires
L’arrachage de pieds permet d’observer une déformation et un renflement des racines. Ces hypertrophies sont de forme et de grosseur variables. Les symptômes peuvent apparaître très tôt à l’automne. Les galles sont d’abord fermes (intérieur plein) et blanches, puis brunissent et se craquellent, puis pourrissent. La dégradation du système racinaire entraîne la mort de la plante dans la majorité des cas.

  

Facteurs favorisant la maladie

Sol et climat

- humidité

- sols hydromorphes et acides

Etat du colza

- sans effet

Pratiques

culturales

- semis précoces

- absence de chaulage des sols acides

- non nettoyage des outils

- maintien des repousses après récolte

Rotations et

assolements

- crucifères fréquentes dans la rotation

Guide pratique les maladies du colza

Ce guide pratique propose 20 fiches pour reconnaître toutes les maladies du colza et leurs dégâts. Il précise également leur nuisibilité, la période d'observation privilégiée, les principaux éléments de lutte et leur cycle biologique.

 En savoir plus, commander

 

Publications

Qualité des tourteaux de colza 2016

Qualité des tourteaux de colza 2016

La qualité des tourteaux de colza pour l’année 2016 est relativement proche de celle observée l’année précédente.

ARVALIS & Terres Inovia infos 2017

Automne 2017 : intervenir en temps et en heure

Toutes les publications

Formations

Réussir sa conversion en bio (Nouveauté)

Réussir sa conversion en agriculture biologique en grandes cultures


Méthanisation agricole (Nouveauté)

La méthanisation agricole : rentabilité des installations et valorisation des substrats agricoles


Toutes les formations