TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Actualités / Presse

Cultures oléo-protéagineuses : le gel aura un impact limité si la pluie revient

25 avril 2017

Communiqué de presse concernant l'impact du gel sur les cultures oléo-protéagineuses

 

CP - "Cultu(...)


Dossier de presse présentation des Culturales 2017

20 avril 2017

Dossier de presse proposé lors de la conférence de presse du 12 avril concernant le lancement des Cu(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Colza / Cultiver du colza / Colza : désherbage

La lutte mécanique en culture

A voir : 4 VIDEOS sur le désherbage mécanique du colza

Agriculteurs et experts de Terres Inovia présentent l'intérêt des techniques alternatives de désherbage et détaillent les caractéristiques des différents outils de désherbage mécanique.

Désherbage alternatif, bineuse, herse-étrille, houe rotative

Tout ce qui peut contribuer à limiter l’usage des pesticides répond à des attentes environnementales et sociétales.

Le désherbage mécanique présente une alternative ou un complément crédible aux herbicides et aux mesures agronomiques préventives.

La lutte mécanique se prépare dès le semis du colza (préparation du sol, compatibilité d'écartement entre semoir et bineuse, légère augmentation de la densité pour la herse, etc.)

 

Le binage : en solution de rattrapage ou dans le cadre d’un désherbage mixte

Le binage complète efficacement l'action des désherbants chimiques. C’est particulièrement vrai en présence d’adventices difficiles ou qui n’ont pas été contrôlées par les programmes mis en œuvre (spectre d’efficacité insuffisant, conditions sèches après l’application).
L’efficacité du binage est conditionnée par :

• l’état du sol, qui doit être sec lors du passage de la bineuse,

• le stade des adventices, qui doivent être jeunes,

• la météo qui doit être clémente les 3-4 jours suivant l'intervention pour que les adventices sèchent rapidement après le passage de l'outil.

Le stade de passage optimum de la bineuse pour combiner faisabilité et efficacité va de 4 feuilles à début montaison du colza.

Les performances du binage sont très variables, de 50 à 100 % sur dicotylédones. L’efficacité est comparable sur graminées mais les résultats sont plus aléatoires et, au-delà de 4-5 feuilles, leur destruction est plus difficile. Si l’efficacité du binage en pourcentage de destruction est parfois jugée moyenne, il ne faut pas oublier que les adventices restantes sont affaiblies, ce qui handicape leur développement ultérieur et leur faculté à produire des semences.

Les bineuses et les systèmes de guidages les plus récents permettent des débits de chantier compris entre 2 à 6 ha à l’heure.

La technique "herbisemis puis binage" réduit les quantités d’herbicides à l’hectare

Cette technique est possible sur toutes les parcelles cultivées avec un inter-rang large (idéal à partir de 45 cm). Plus l’écartement est important, plus la quantité d’herbicides est réduite. Il est nécessaire d'équiper le semoir d’un kit de pulvérisation pour le désherbage localisé.

Si le binage seul reste souvent insuffisant, plusieurs essais montrent que les programmes de désherbage intégrant l'herbisemis (herbicide de prélevée sur le rang puis binage) donnent d’aussi bons résultats que les programmes chimiques classiques. L’intérêt de cette technique « combinée » réside aussi dans la possibilité de raisonner en post-levée. Il est possible de ne pas intervenir mécaniquement si l’état de salissement de la parcelle ne le justifie pas. Notons que le colza dispose d’une capacité naturelle d’étouffement qu’il est judicieux de mettre à profit dans la lutte contre les adventices. 

 

Performances de différentes stratégies alternatives avec binage testées par Terres Inovia

(en % de destruction des mauvaises herbes)

 

"référence chimique" : programme à base de produit de prélevée du colza (type COLZOR, NOVALL…)
"référence chimique allégé" : intègre soit une réduction de dose de traitement de prélevée soit une substitution du traitement de présemis par le binage

 

La herse étrille, agressive pour les jeunes plantules

La herse-étrille présente plusieurs avantages dont celui d’un débit de chantier important grâce à une largeur de travail conséquente (12 m de large, voire 24 m) et une vitesse de passage élevée (4 à 8 km/h).
Elle ne nécessite pas un matériel de semis spécifique et l’investissement est assez limité (environ 7600 € en 12 m).  

Son efficacité dépend de plusieurs facteurs :
- le sol doit être suffisamment sec en surface et la météo clémente les 3 à 4 jours suivant l'intervention pour que les adventices dessèchent rapidement après le passage de l’outil ;
- en limon battant, cet outil est délicat à utiliser même en conditions sèches car son agressivité ne suffit pas pour briser la croûte de battance ;
- la meilleure efficacité est obtenue sur des adventices très jeunes, voire en cours de germination.
- Les réglages de l’outil conditionnent l’efficacité. Il faut trouver le compromis « efficacité/sélectivité ». Les réglages peuvent être assez fastidieux dans les sols hétérogènes.

Les passages de herse entre les stades "cotylédons" et "2 feuilles" du colza sont à proscrire. Par ailleurs, il est recommandé de tenir compte, lors du semis du colza, d’une perte de pieds oscillant entre 9 et 15% à chaque passage de l’outil. Ajuster la densité de semis à la tactique envisagée.

La houe rotative, possible mais très technique

Constituée de roues dentées qui frappent le sol à haute vitesse et arrachent les adventices, la houe rotative comme la herse étrille désherbe toute la surface du sol, sans contrainte d’écartement de semis. Malgré une largeur inférieure à la herse (de 4.70 m à 6 m en général, voire 9 m), la houe permet des débits de chantiers élevés grâce à une vitesse de passage élevée (15 à 18 km/h). La houe peut être utilisée pour d’autres fonctions (écroûtage par exemple). La houe est très sélective du colza. Pour obtenir la meilleure efficacité, elle est préconisée à des stades précoces : du stade de germination à 3-4 feuilles du colza. Son utilisation est possible après un passage pluvieux dès lors que la terre ne colle plus aux roues du tracteur.

Les principales limites de cet outil sont un investissement élevé : de 8 700 à 13 000 euros selon la largeur, et un créneau d’efficacité étroit : passé le stade de 2-3 feuilles du colza, il est très difficile de détruire les adventices avec cet outil car les adventices sont alors généralement trop développées.

Comparaison des outils de désherbage mécanique

Périodes d'intervention

 

Coût indicatif des différentes modalités

 

Efficacités comparées des différents outils

A télécharger

Désherber mécaniquement les grandes cultures (PDF 3 Mo - 2013)

Ouvrage édité par l'ITAB, en collaboration avec ses partenaires, dont Terres Inovia.

Guide des techniques alternatives de désherbage (420 Ko - 2008)

Edité par la Chambre d'agriculture de la Côte d'Or + partenaires, dont Terres Inovia. Le guide comprend une fiche complète par outil. 

 

Publications

Qualité des graines de colza récolte 2016

Qualité des graines de colza récolte 2016

Une teneur en huile préservée au Sud.

ARVALIS & Terres Inovia infos 2017

Janvier 2017 : "Interventions de printemps : renforcer la résistance aux aléas"

Toutes les publications

Outils

Infloweb

Infloweb

Connaître et gérer la flore adventice

R-sim

R-sim

Pour gérer la résistance aux herbicides

Tous les outils

Formations

Réussir sa conversion en bio (Nouveauté)

Réussir sa conversion en agriculture biologique en grandes cultures


Principaux auxiliaires (Nouveauté)

Les principaux auxiliaires en grandes cultures : écologie et reconnaissance


Toutes les formations