TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Suivez-nous !

Demande d'une prestation

Remplir le formulaire

Actualités / Presse

Communiqué de presse : "Développer les légumineuses : un enjeu mondial pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement"

17 octobre 2018

Toulouse, le 17 octobre 2018 - Rendez-vous incontournable pour l'ensemble des acteurs de la filière,(...)


Communiqué de presse : "Colza non levé ou irrégulier : ne pas se précipiter pour le remplacer !"

28 septembre 2018

Paris, le 27 septembre 2018 – Avec des conditions climatiques difficiles liées à une période de séch(...)


Toutes les actualités

Naviguer dans la rubrique : Colza / Cultiver du colza / Colza : atouts, points-clés

Le colza : atouts

Le colza facilite le désherbage des graminées dans la rotation

L’alternance des cultures permet de mieux lutter contre l’ensemble des mauvaises herbes en associant différents moyens de contrôle. La pratique d’une seule culture favorise en effet les adventices dont le cycle coïncide avec le sien et qui appartient à la même classe (monocotylédone ou dicotylédone).
Les écarts de date de semis entre colza, blé et autres cultures limitent par ailleurs les risques de sélection de flores et permettent une meilleure répartition du travail dans le temps.

Le colza freine ainsi la reproduction des mauvaises herbes dont le cycle est hivernal ou printanier. En occupant le sol de septembre à juin, il limite le développement des adventices annuelles sur une période de dix mois, dès lors que le désherbage d’automne est satisfaisant. Il offre une très bonne opportunité de contrôle de certaines adventices pérennes, par exemple les chardons ou le chiendent, par sa capacité d’étouffement et par la disponibilité de matières actives efficaces.

Dans les rotations céréalières présentant des graminées résistantes comme le vulpin ou le ray-grass, le colza constitue une très bonne opportunité de lutte. L’emploi sur colza de familles chimiques efficaces et différentes de celles utilisées sur céréales est particulièrement adapté dans ces situations difficiles.

   

Une coupure dans le cycle des maladies des céréales

Les maladies du pied sont la principale cause des baisses de rendement observées dans les monocultures céréalières.
Le piétin verse, les fusarioses et surtout le piétin échaudage sont largement favorisés par les rotations céréalières courtes.

Les effets bénéfiques du colza dans les rotations céréalières ne peuvent s’expliquer par le seul effet de « coupure ».  La décomposition des résidus de culture de colza, riches en glucosinolates, entraîne la production de composés toxiques pour de nombreux pathogènes, dont des champignons conservés dans le sol.

Effet de la rotation sur les maladies du blé 

Maladie

 Blé assolé 

 Blé de blé 

  Piétin échaudage

++

- -

  Piétin verse

+

-

  Fusariose

+

-

  Rhizoctone

+

-

  Rouilles

+

+

  Helminthosporiose

+

-

  Septoriose

+

-

  Oïdium

+

+

 Fusariose sur épi

+

-

 ++ : défavorise la maladie  ; + : défavorise légèrement la maladie  ; - favorise la maladie ; - - : favorise fortement la maladie

Source : Arvalis-Institut du végétal

   

Un risque mycotoxines maîtrisé pour le blé qui suit

Les références sur le risque mycotoxines en céréales montrent que le colza est l’un des précédents, avec le pois, qui permet le mieux de s’affranchir du risque DON. Ceci est vrai quelles que soient les pratiques culturales, y compris en non labour.

 En savoir plus (document Arvalis Institut du végétal)

Risque DON sur blé tendre en fonction du précédent  (540 Ko)

     

Le colza pompe à nitrate

Un colza semé tôt peut mobiliser des quantités importantes d’azote à l’automne et durant l’hiver, c’est-à-dire pendant la période où les pertes de nitrates par lessivage sont les plus sensibles.
L’azote absorbé par le colza à l’automne est à prendre en compte dans le calcul de la fertilisation azotée de printemps. On fait ainsi d’une pierre deux coups : l’environnement est protégé tout en réalisant des économies.
Les repousses de colza sont une CIPAN efficace dans les zones vulnérables. Leur maintien en été permet d’absorber une bonne partie de l’azote minéral présent dans le sol et de réduire fortement le risque de lessivage hivernal sous la céréale qui suit.

         

Une protection contre l’érosion

L’érosion peut se traduire par la perte de plusieurs tonnes de terre par hectare et par an. En couvrant le sol 9 à 11 mois sur 12, notamment à l’automne, le colza réduit très sensiblement les risques d’érosion.

 

Une floraison mellifère

Le colza est une plante mellifère visitée par de nombreux insectes pollinisateurs dont les abeilles domestiques font partie. La sécrétion abondante de nectar et la production d’un pollen de qualité en font une ressource incontournable pour ces insectes.
Dans beaucoup de régions agricoles, la culture du colza est la première grande ressource florale disponible pour les colonies d’abeilles domestiques en sortie d’hivernage ; elle représente un support substantiel à l’activité apicole.

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

Régulateur colza

Régulateur colza

Quel risque d'élongation sur votre colza ?

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Tous les outils

Formations

Méthodes de désherbage

Méthodes de désherbage durable des oléoprotéagineux


Principaux auxiliaires

Les principaux auxiliaires en grandes cultures : écologie et reconnaissance


Toutes les formations

 

Terres Inovia est membre de l'Institut Carnot Plant2Pro

Présentation de l'institut