TERRES INOVIA

Newsletter

Gratuitement dans votre boîte mail : infos et conseils régionaux, nouveautés...

Je m'inscris !

Actualités / Presse

Cultures oléo-protéagineuses : le gel aura un impact limité si la pluie revient

25 avril 2017

Communiqué de presse concernant l'impact du gel sur les cultures oléo-protéagineuses

 

CP - "Cultu(...)


Dossier de presse présentation des Culturales 2017

20 avril 2017

Dossier de presse proposé lors de la conférence de presse du 12 avril concernant le lancement des Cu(...)


Toutes les actualités

Colza sur sol drainé

Le colza en limons et argiles hydromorphes

Pourcentage de colza implanté sur surfaces drainées

Le colza, très sensible à l’excès d’eau, valorise les terres agricoles drainées. Source enquête nationale colza, Terres Inovia 2010

Le drainage a rendu possible la culture du colza sur les limons et argiles hydromorphes et a ainsi contribué à l’essor des surfaces de la culture depuis plus de 30 ans.
Aujourd’hui, près de 370 000 ha de colza sont cultivés sur sol drainé chaque année en France.

Certaines entreprises de drainage recommandent de ne pas cultiver du colza sur une parcelle drainée ou d'observer un délai pouvant aller jusqu’à 10 ans entre les travaux et l’implantation du colza. Ces conseils n’ont aucun fondement technique. Un colza peut être implanté après l'installation d'un système de drainage sans mettre en péril le réseau, dès lors que les travaux ont été réalisés dans les règles, et que cette installation est bien entretenue. Les anciens réseaux en poterie ne posent pas de problème particulier.


Le colza révèle les faiblesses du réseau de drainage

La durée du cycle cultural, la densité du chevelu racinaire, la profondeur d’enracinement, la capacité des racines à se développer dans le drain et la faible vitesse de dégradation des racines mortes sont autant de raisons qui concourent à l’abondance des débris végétaux dans les drains sous colza. Toutefois, un réseau fonctionnel doit pouvoir évacuer ces débris grâce à la force de l’eau qui s’écoule en période de drainage.

Bouchon de racines évacué lors d'une intervention sur un réseau de drainage.

Les erreurs de conception sont rares et concernent le plus souvent un sous calibrage des canalisations ou le captage d’une mouillère.

Le bouchage de drain sous colza est essentiellement dû à des défauts de réalisation du réseau. Dans 80% des cas, le problème est lié à un mauvais raccordement entre le drain et le collecteur. les autres causes peuvent être multiples et nécessitent un diagnostic précis : rupture de pente, drain écrasé, profondeur insuffisante (un minimum de 80 cm est requis)…

Les raccordements de drains effectués avec les anciens coudes pénétrants profondément dans les collecteurs causent régulièrement des bouchons. Le remplacement par des clips et pipes de raccordement, inventés par le SNED au début des années 80, résout le problème.

 

 

Lorsqu'un problème de bouchage survient, créant une zone ennoyée, une intervention avec une hydrocureuse peut résoudre la difficulté. Toutefois, l’ouverture d’une tranchée pour identifier la cause du problème est préférable car, le plus souvent, le réseau peut être réparé et les colmatages évités.
Enfin, les fossés collecteurs doivent être curés régulièrement pour permettre un bon écoulement des eaux du drainage vers l’exutoire.


Limiter les risques de colmatage des drains par les racines de colza

Quelques précautions doivent être prises pour limiter le risque de colmatage par les racines.
•    Eviter un développement exubérant des colzas à l’automne. En situation de forte disponibilité en azote (apport de matière organique par exemple), adapter la date de semis tout en restant dans la plage optimale pour ne pas entamer le potentiel de la culture. Les apports d’azote minéral à l’automne sont à proscrire.
•    Déchaumer pour détruire les pieds de colzas susceptibles de reverdir après la récolte (photo ci-contre)
•    Détruire les repousses avant le début de la période de drainage. Les racines mortes qui doivent s’évacuer du réseau par l’écoulement des eaux ne doivent pas être bloquées par de nouvelles racines.
•    Eviter les rotations courtes. Un délai de 4 ans entre deux colzas est recommandé pour assurer une dégradation complète des racines qui ne seraient pas évacuées des drains.
•    Favoriser une structuration homogène du sol pour limiter la concentration des racines dans les tranchées fonctionnelles qui surplombent les drains.

 

Publications

ARVALIS & Terres Inovia infos 2017

Juin 2017 : "Céréales et colza : choisir ses variétés pour 2017"

Qualité des graines de colza récolte 2016

Qualité des graines de colza récolte 2016

Une teneur en huile préservée au Sud.

Toutes les publications

Outils et services

Expert (ex - proPlant Expert)

Expert (ex - proPlant Expert)

Alertes insectes du colza

Réglette azote colza® web + mobile

Réglette azote colza® web + mobile

Optimiser la fertilisation azotée

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

N-Pilot® (Borealis L.A.T)

Pour estimer rapidement et précisément la biomasse aérienne de votre colza

Yara ImageIT

Yara ImageIT

Application mobile - Calcul de biomasse colza par prise de photo

Tous les outils

Formations

Colza en production de semences

La conduite du colza en production de semences


Orobanche colza et tournesol (Nouveauté)

Faire face à l'orobanche du colza et du tournesol


Toutes les formations